Politique

Guerre civile en Syrie : plus de 300 attaques chimiques

Plus de 300 attaques chimiques ont été lancées durant la guerre civile syrienne. Ces attaques ont fait des centaines de milliers de morts. Telle est la conclusion d’une étude réalisée par des chercheurs du Global Public Policy Institute à Berlin.

Selon les auteurs Tobias Schneider et Theresa Lütkefend, 336 attaques ont eu lieu durant la guerre civile en Syrie. Il s’agit d’un nombre plus élevé que ce que l’on pensait jusqu’à présent.

« Nous soupçonnons que le nombre réel pourrait être significativement plus élevé », indiquent les chercheurs.

Schneider et Lütkefend soulignent également que presque toutes les attaques ont été perpétrées par les troupes du régime du président syrien Bashar al-Assad.

Population civile

Les auteurs du rapport attribuent 2% des attaques d’armes chimiques en Syrie à l’Etat islamique. Le régime du président Bashar al-Assad serait responsable de 98% des attaques. Ces derniers indiquent également que les assaillants ont utilisé du gaz chloré, du sarin et du gaz moutarde au soufre sur les civils syriens.

Selon le rapport, la plupart de ces attaques chimiques ont eu lieu après août 2013. A cette époque, un attaque au sarin près de Damas a coûté la vie à plus de 1.400 personnes. Le président Obama avait alors déclaré que les Etats-Unis engageraient une action militaire contre la Syrie avec l’approbation du Congrès.

Au lieu de cela, les États-Unis ont entamé des pourparlers avec la Russie. Cela a conduit à une résolution dans laquelle la Syrie a été appelée à se débarrasser de ses armes chimiques. Un an plus tard, les États-Unis ont annoncé que les armes chimiques syrienne avaient été détruites. Mais le chlore ne faisait pas partie de l’accord.

Flotte d’hélicoptères

Contrairement à d’autres substances visées par le traité, telles que le sarin et les gaz moutarde, le chlore est également produit et utilisé en Syrie à des fins pacifiques, allant des produits de nettoyage à la purification de l’eau.

Néanmoins, le Département d’État a déclaré en 2014 que les attaques au chlore violaient la Convention sur les armes chimiques. Ce traité, signé par la Syrie, interdit l’utilisation d’armes chimiques en temps de guerre.

Cependant, les chercheurs du Global Public Policy Institute ont découvert que la grande majorité des attaques depuis 2012 (91,5%) ont été perpétrées avec des bombes au chlore.

Le rapport appelle les États-Unis et la communauté internationale à intervenir. « Ils doivent faire face à tous les dispositifs d‘utilisation d’armes chimiques », ont déclaré les chercheurs. Le rapport mentionne en particulier la flotte d’hélicoptères syrienne, qui a joué un rôle crucial dans l’exécution des attaques.

Les auteurs espèrent que leur étude pourra également servir de preuve dans un éventuel procès pour crimes de guerre contre le régime syrien. Le président syrien semble toutefois sortir de plus en plus de son isolement diplomatique.

« Nous avons découvert ce que les produits chimiques font sur un corps ». Les médecins et les travailleurs humanitaires ont été témoins de nombreuses victimes. « Un bombardement classique peut avoir un effet psychologique important. Cependant, les produits chimiques impliquent un autre type de peur. On peut clairement qualifier ces attaques de torture psychologique « .

Tags
Show More
Close
Close