Tech

Google peut maintenant remplacer votre ophtalmologue

DeepMind, la sociétéd’intelligence artificielle de Google, a publié une étudesignificative montrant que son algorithme est maintenant en mesured’identifier environ 50 maladies oculaires en examinant lesscintigraphies rétiniennes à l’aide de scanners.

Selon Mustafa Suleyman,co-fondateur de DeepMind, l’intelligence artificielle de sa sociétéfournit d’aussi bons résultats que les cliniciens experts, et celapourrait aider à empêcher que des personnes connaissent des problèmesde cécité.

Faux diagnostics positifs

A l’hôpital MoorfieldsEye à Londres, plusieurs experts ont formé l’intelligenceartificielle de DeepMind à l’aide d’une base de données de près de15.000 scanners oculaires, dépourvus de toute informationd’identification. DeepMind a travaillé avec des cliniciens pourétiqueter les zones de maladie, puis a enregistré ces imagesétiquetées dans son système.

« DeepMind s’estmontré aussi efficace et meilleur que les médecins », expliquele magazine Business Insider. « Lors du diagnosticdes médecins, les marges d’erreur enregistrées se situaient entre6,7% et 24,1%. Cependant, l’algorithme de DeepMind serait en mesure de limiter le nombre de diagnostics erronés à seulement 5,5%. Enoutre, ces erreurs se sont révélées être de faux diagnosticspositifs. »

Les experts ont expliquéque les résultats étaient étonnants et reconnaissent quel’algorithme pourrait également être parfaitement utilisé dans lemonde réel.

L’objectif ultime deDeepMind est de développer et de mettre en œuvre un systèmecapable d’aider le service national de santé du Royaume-Uni pendantcinq ans. Avant que cette étape puisse être franchie, latechnologie doit encore être soumise à un certain nombre de testssupplémentaires.

Vieillissement

Selon les chercheurs,l’algorithme serait également capable de sélectionner la meilleurethérapie adaptée à chaque patient, tout en suggérant quels sontles soins les plus urgents.

Mustafa Suleyman a faitremarquer que les ophtalmologues britanniques sont souvent débordéset que, par conséquent, de nombreux patients doivent attendre troplongtemps pour obtenir un diagnostic et un traitement.

« Les patients risquentde perdre la vue parce que le le service national de santé duRoyaume-Uni est débordé. En outre, le Royaume-Uni a une populationvieillissante, de sorte que les problèmes oculaires deviennent deplus en plus fréquents.

Suleyman a expliqué quele développement de ce nouvel algorithme avait pris deux ans etdemi. Vingt-cinq scientifiques ont participé à ce projet ainsiqu’un groupe de chercheurs du Moorfields Eye Hospital.

Show More
Close
Close