Google a accès aux dossiers médicaux de millions de patients britanniques

Un document obtenu par New Scientist révèle que le Service National de Santé de Grande-Bretagne (NHS) a donné accès à Google aux dossiers médicaux d’un nombre conséquent de patients.  Le document, un accord de partage de données entre DeepMind, le département d’intelligence artificielle de Google et le Royal Free NHS Trust, stipule que Google a accès à 5 ans de données de santé des 1,6 million de patients passant annuellement par trois hôpitaux gérés par le  NHS. On y trouve notamment les noms de patients HIV positifs, victimes d’overdoses ou ayant avorté.DeepMind conçoit une application destinée au suivi médical des patients souffrant des reins mais, comme ces données ne sont pas séparées des autres, un accès total lui a été donné, pour autant que la firme n’utilise les informations dans aucun autre but et qu’elle détruise l’ensemble des copies.

La base SUS

DeepMind a aussi accès à SUS, la base de données centralisée de tous les traitements réalisés dans les hôpitaux britanniques, car elle développe également une plateforme destinée à conduire des analyses en temps réel d’aide aux diagnostics.L’idée est de construire un algorithme générique de prédictions de santé basé sur les tests existants, ce qui donnerait un grand contrôle de l’analytique médicale à Google.Bien que les données soient protégées et même si les copies de DeepMind seront détruites, ces informations ont une énorme valeur marchande et Google a tout le temps de les analyser avant de les détruire…

Show More
Close
Close