Economie

Le FMI voit 4 nuages ​​orageux à l’horizon de l’économie mondiale

« Lorsqu’il y a trop de nuages ​​à l’horizon, un seul éclair suffit à déchaîner la tempête », a déclaré la présidente du FMI, Christine Lagarde, à l’occasion du World Government Summit à Dubaï. Le mois dernier, le FMI a déjà réduit ses prévisions de croissance mondiale de 3,7 % à 3,5 %.

La croissance économique a atteint son plateau presque partout

La croissance économique a atteint son plateau presque partout. Dans les pays riches, seul le Royaume-Uni devrait encore enregistrer une croissance minimale en 2019 par rapport à 2018.

Lagarde voit maintenant 4 obstacles potentiels:

  1. La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine , les deux plus grandes économies du monde. Les conséquences de cette guerre commerciale sont déjà claires, selon la responsable du FMI. « Nous n’avons aucune idée de la façon dont cela se terminera. Cependant, nous pouvons constater qu’il y a déjà un impact sur le commerce, la confiance et les marchés financiers. Lagarde demande aux gouvernements d’éviter le protectionnisme.
  2. L’accélération du ralentissement de la croissance chinoiseL’économie chinoise est durement touchée par le ralentissement de la demande intérieure et par la guerre commerciale avec les États-Unis. Au dernier trimestre de 2018, le pays a enregistré son taux de croissance le plus faible des 28 dernières annéesC’est aussi une mauvaise nouvelle pour le reste du monde, car le pays générait à lui tout seul un tiers de la croissance mondiale au cours des dix dernières années.
  3. Le monde a utilisé toutes ses ressources financières  pour remettre l’économie sur les rails après la crise financière. La montagne de la dette mondiale s’élève maintenant à 250 000 milliards de dollars, soit 60 % de plus qu’en 2007. Si une nouvelle récession se présente, ces dettes ne pourront plus augmenter davantage.

4. L’incertitude sur le Brexit et les conséquences d’un éventuel effet d’entraînement sur le reste du monde. Lundi, il était clair que l’économie britannique avait enregistré le plus fort ralentissement de croissance depuis 2012 sur le dernier trimestre de l’année dernière. L’économie n’a progressé que de 0,2 %, contre 0,6 % un trimestre plus tôt. L’incertitude entourant le Brexit pèse sur les investissements au Royaume-Uni, tandis que le ralentissement mondial entrave les échanges commerciaux dans le pays. Sur une base annuelle, la croissance économique transmanche a progressé de 1,4 %, contre 1,8 % un an auparavant.

Tags
Show More
Close
Close