« Soudainement, le cadavre de l’Europe n’en est plus un »

« Le contraste ne pourrait pas être plus fort », écrit Anne Applebaum dans le Washington Post. « Theresa May, le Premier ministre britannique, préside sur un parlement sans majorité et un pays divisé. Le président américain Donald Trump préside aux côtés d’un Congrès quasiment trop paralysé pour adopter de nouvelles lois.

« Le contraste ne pourrait pas être plus fort », écrit Anne Applebaum dans le Washington Post. « Theresa May, le Premier ministre britannique, préside sur un parlement sans majorité et un pays divisé. Le président américain Donald Trump préside aux côtés d’un Congrès quasiment trop paralysé pour adopter de nouvelles lois.

Dans les deux pays, les mouvements et idées d’extrême  droite et d’extrême gauche recueillent plus de succès que jamais ; le débat politique est miné par la colère, la haine, et la violence. Des hommes armés ont abattu des membres du Congrès des États-Unis de gauche comme de droite ; en Grande-Bretagne, l’année dernière, une députée a été assassinée.Cependant, le nouveau président français Emmanuel Macron est sur le point de réaliser quelque chose d’extraordinaire. Son parti centriste tout récent, La République en Marche, est sur le point de remporter une majorité très vaste, inédite, au Parlement. La chancelière allemande Angela Merkel sera plus que probablement réélue pour un troisième mandat en septembre par des électeurs qui préfèrent toujours les partis centristes pour un grand nombre d’entre eux. Même en Italie, où il était de plus en plus question d’une révolte populiste récemment, les électeurs ont rejeté largement ce parti [le Mouvement Cinq étoiles de Beppe Grillo] dans une série d’élections locales.

Tout à coup, la vieille Europe est pleine de vie

Vous souvenez-vous de la vieille Europe? On la disait agonisante, elle était devenue hors de propos, c’était un « cadavre » auquel les Brexiteers britanniques ne voulaient plus rester enchaînés. Mais maintenant, soudainement, elle ne l’est plus. Soudainement, elle a semble plus stable, plus prometteuse, et est surtout plus consensuelle. On parle de réformes et de renouveau, mais pas de révolution. L’économie est en pleine croissance. La montée de l’extrême droite qui avait été prédite ne s’est pas concrétisée.Paris et Berlin sont unis et ont confiance dans l’avenir, tandis que Washington et Londres semblent divisés et dysfonctionnels. Il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans le monde anglo-saxon, ou tout au moins dans l’axe anglo-américain ».

Show More
Close
Close