Politique

Maintenant que le Groenland n’est pas à vendre, les États-Unis visent l’Islande

Maintenant que le Danemark a ignoré la question américaine sur une éventuelle vente du Groenland, le gouvernement Trump vise l’Islande.

Bien sûr, il ne s’agit bien sûr pas de l’achat de l’Islande, mais d’un nouvel accord commercial entre les États-Unis et Reykjavik. L’Islande a peu à offrir à un mastodonte comme les États-Unis sur le plan commercial. Mais l’île revêt une grande importance stratégique pour les Américains. L’équipe de sécurité nationale du président Trump a souligné à plusieurs reprises l’importance des investissements dans la région.

Le timing de cet événement n’est pas un hasard. Maintenant que le Danemark a pris l’offre américaine de négocier l’achat éventuel du Groenland comme une blague, l’Islande semble être une alternative intéressante. D’autant que les Chinois tentent d’impliquer l’Islande dans l’initiative Belt and Road. Les Russes sont également de plus en plus dominants dans l’Arctique.

Les Américains considèrent déjà l’Islande comme une région importante pour leur sécurité nationale. Ils préféreraient voir l’Islande dans leur camp, plutôt que dans le camp russe ou chinois. Lors de sa récente visite en Pologne et au Royaume-Uni, le vice-président Mike Pence a également fait une escale à Reykjavik. Plus tôt cette année, le ministre des Affaires étrangères, Mike Pompeo, s’était déjà rendu en Islande.

L’achat du Groenland était moins absurde que ce que les médias traditionnels voulaient nous faire croire

Dans les médias grand public, l’anecdote des velléités du président Donald Trump de racheter le Groenland a été caricaturée à la mi-août. Pourtant, l’histoire nous enseigne que l’idée n’est même pas aussi « absurde » que le Premier ministre danois voudrait nous le faire croire. En 1867 et 1946, les États-Unis avaient déjà fait une offre similaire au Danemark pour s’emparer du Groenland, un pays riche en ressources naturelles. 

En outre, il n’ya rien de mal à acheter un pays tant que l’acheteur et le vendeur  acceptent une telle transaction. L’Amérique a acheté l’état de Louisiane à la France en 1804. Quinze ans plus tard, la Floride, qui appartenait à l’Espagne, a suivi. En 1848, un immense territoire, dont la Californie n’était qu’une partie, a été acheté au Mexique. Plus tard, les Américains ont également acheté l’Alaska (à la Russie) et les îles Vierges (au Danemark).

L’intérêt principal de Trump se déplace maintenant vers l’Islande et pour cause :

  • Les Américains sont expulsés de l’Arctique tant par la Russie que par la Chine, qui a déjà pris des positions stratégiques au Groenland. Après le Groenland, Washington ne peut pas se permettre de voir l’Islande s’éloigner elle aussi de sa sphère d’influence.
  • Le Pentagone considérait le Groenland comme une plaque tournante transatlantique, mais aussi comme la première ligne de défense naturelle au large de la côte est des États-Unis. À cet égard, l’Islande est le deuxième choix.
  • La déclaration de Trump n’était rien de plus qu’une tentative de rattrapage dans la lutte avec la Russie et la Chine. Malgré le fait que l’offre de Trump de s’emparer du Groenland n’avait eu aucune chance, le président américain veut positionner à nouveau les Etats-Unis comme une puissance polaire face à Moscou et Pékin, qui annoncent constamment de nouvelles initiatives dans l’Arctique.

Des sources au sein du GOP américain ont indiqué qu’un certain nombre de sénateurs républicains exhortaient le gouvernement Trump à conclure rapidement un accord de libre-échange. Selon le vice-président Trump, un groupe de travail a déjà été constitué à cet effet, et Pence lui-même est également ouvert à cette idée.

Les plans sont encore à un stade précoce. Mais le fait que l’Islande ait conclu un accord commercial avec la Chine depuis 2014 accélérera sans aucun doute les projets des États-Unis.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close