Politique

Le candidat démocrate pourrait obtenir plus de 5 millions de voix de plus que Trump en 2020 et perdre malgré tout

Le président américain Donald Trump pourra remporter les élections de l’année prochaine même s’il recueille 5 millions de voix de moins que son adversaire démocrate. Le scénario qui s’est déroulé en 2016 où Hillary Clinton a obtenu 2,85 millions de voix de plus que le président actuel, a été un cauchemar pour les démocrates. Mais cela pourrait être encore pire, selon les calculs de The Cook Political Report, une agence indépendante d’analyse des résultats des élections.

La raison en est le système électoral américain, dans lequel c’est le collège électoral et non l’électeur qui décide qui peut entrer à la Maison-Blanche. Hillary Clinton a remporté le vote populaire avec 2,85 millions de voix, mais il lui manquait au total 38 872 voix dans les États du Wisconsin (11 374), de Pennsylvanie (22 146) et du Michigan (5 352) afin d’obtenir suffisamment de voix derrière elle au collège électoral, qui désigne le nouveau président.

Le « popular vote » n’est pas pertinent

Trump a même obtenu une marge plus que confortable à l’Electoral College et a battu Clinton avec 306 voix contre 232. Trump n’est pas une exception. En 2000, Al Gore a obtenu un demi-million de voix de plus que son adversaire George W. Bush, mais ce dernier s’est installé au 1600 Pennsylvania Avenue NW. En d’autres termes, le « popular vote » n’est pas pertinent.

Le plus gros problème pour les démocrates se situe dans deux États, la Californie et le Texas, ou les cinquième et dixième économies du monde, respectivement. Dans les deux États, la démographie évolue rapidement, ce qui signifie que la diversité de la population augmente beaucoup plus rapidement que dans les autres États. Les Américains d’origine asiatique et latino-américaine en particulier sont enclins à se tourner vers les démocrates, mais comme la Californie est déjà entre les mains des démocrates et que le Texas n’est pas prêt de faire la transition vers les démocrates, des millions de voix pour le candidat du parti démocrate (DNC) dans les deux États risquent de n’avoir aucun impact.

Californie

En Californie, le parti républicain est devenu si insignifiant qu’en mai 2018, il n’était plus le second parti de l’État. Il a dû céder cette place aux électeurs qui ont déclaré qu’ils n’avaient « aucune préférence pour un parti ». Clinton a obtenu 4,2 millions de voix de plus en Californie que Trump, mais dans le décompte final, près de 3 millions d’entre eux se sont révélés sans valeur. Que l’on gagne la Californie avec 1 seule voix ou avec 10 millions de voix de plus que son adversaire, le nombre d’électeurs reste le même. Cela s’applique à tous les États.

Texas

Le Texas est également un cas intéressant . Au cours des dernières années, près de 1,2 million d’électeurs d’origine non blanche se sont ajoutés à son électorat, contre 200 000 d’origine blanche. En 2016, il a manqué plus de 814 000 voix à Clinton pour qu’elle puisse placer l’État dans la colonne des démocrates. Mais la même chose qu’en Californie s’applique ici : même si le candidat démocrate au Texas obtient 800 000 voix de plus que Clinton, la victoire reviendra à Trump.

Les démocrates ont d’autres problèmes que la Californie et le Texas. Les autres États qui voient leur population évoluer rapidement font déjà partie de la colonne bleue (démocrates). Il s’agit notamment de New York, du New Jersey, du Massachusetts, du Maryland, de Washington et de l’Oregon. Tout vote supplémentaire des démocrates dans ces États ne leur sera d’aucune utilité.

Le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin

À l’autre bout du spectre, on trouve un grand nombre d’électeurs âgés, blancs et peu qualifiés, notamment dans le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Ce sont les trois Etats où Trump a gagné avec moins de 1 % des voix. Mais ils lui ont donné la victoire au collège électoral. Les changements démographiques dans ces États sont pratiquement nuls. Dans ces trois États, les démocrates ont remporté les élections de mi-mandat de 2018. Mais même si Trump ne remporte qu’un seul de ces trois États, il lui suffit de conserver les États qu’il a gagnés en 2016. Le milliardaire new-yorkais pourrait ainsi sécuriser un second mandat.

La Floride

Trois autres États joueront un rôle de premier plan lors des élections de 2020. Il s’agit des États que Trump a remportés en 2016 avec moins de 5 % des voix : la Caroline du Nord (3,7 %), l’Arizona (3,5 %) et la Floride. (1,2 %). Ce dernier Etat offrirait-il la meilleure chance de victoire pour les démocrates ? Peu probable. En 2018, ce sont les candidats républicains qui ont remporté le poste de gouverneur et le Sénat. Le nombre d’électeurs non blancs dans le Sunshine State augmente plus rapidement que dans la plupart des autres États. Mais la population latino-américaine locale est fortement tournée vers le GOP républicain.

Le scénario cauchemardesque de la DNC

Le scénario cauchemardesque de la DNC est donc le suivant. Trump perd le popular vote de 5 millions de voix. Le candidat démocrate reprend le Michigan et la Pennsylvanie. Mais Trump gagne le collège électoral avec 2 voix, car il conserve son avance en Arizona, en Floride, en Caroline du Nord, dans le Wisconsin et dans le Maine.

Bonus

Le graphique ci-dessous montre pourquoi le collège électoral a été créé. Les zones oranges des côtes abritent exactement le même nombre de personnes que les zones rouges de l’intérieur. Si le Collège électoral n’existait pas, ces zones rouges seraient largement ignorées, disent ses partisans. Les opposants, quant à eux, soulignent les résultats controversés de 2000 et 2016, où le candidat ayant remporté le vote populaire a perdu les élections.

Tags
Show More
Close
Close