Economie

Enquête ING sur la retraite : « Travailler jusqu’à ce qu’on tombe. Il n’y aura pas grand-chose d’autre à faire »

La banque néerlandaise ING publie les résultats d’ une enquête mondiale sur la retraite et l’épargne . Pour cela, 15 000 personnes ont été interrogées dans le monde entier, mais principalement en Europe et aux États-Unis. La conclusion est sombre : nous nous attendons souvent à devoir travailler jusqu’à ce que cela ne soit plus possible physiquement.

60 % des personnes interrogées craignent de ne pas pouvoir prendre leur pension une fois atteint l’âge de la retraite. La moitié des Européens et les deux tiers des Américains pensent qu’ils vont devoir continuer à travailler après leur retraite. En Belgique, ce chiffre est de 46 %. Environ le même nombre de Belges pensent également qu’ils recevront une pension inférieure à celle pour laquelle ils ont cotisée tout au long de leur carrière.

Nous serrer la ceinture dès que nous serons à la retraite

Les trois quarts des Américains ont peur de perdre leur niveau de vie actuel une fois à la retraite. prévoient également qu’ils devront se serrer la ceinture une fois qu’ils auront cessé de travailler. En Belgique, nous sommes 60 % à le penser.

Nous gagnons trop peu pour épargner

Épargner et investir restent donc un élément important d’une stratégie pour tous ceux qui s’efforcent d’être indépendants financièrement à un âge plus avancé. Mais l’enquête montre qu’un quart des ménages européens et américains n’ont pas d’épargne. En Belgique, 24 %des personnes interrogées appartiennent à cette catégorie. 73% des Belges interrogés disent simplement qu’ils ne gagnent pas assez pour mettre de l’argent de côté. C’est le pourcentage le plus élevé de tous les pays.

1 Européen sur 2 ne vient pas avec son salaire

Même un minimum de trois salaires mensuels en réserve pour des circonstances imprévues semblent difficile à atteindre pour beaucoup. Le Britannique moyen n’a même pas un mois de salaire de côté. Aux États-Unis, 20 % des salariés n’ont tout simplement pas d’épargne. Un Européen sur deux (51 %) admet qu’il ne parvient pas toujours à joindre les deux bouts avec son salaire mensuel avant le jour de paiement suivant. admet qu’il ne parvient pas toujours à joindre les deux bouts avec son salaire mensuel avant le jour de paiement suivant.

Fait remarquable, le Belge ne s’attend qu’à pouvoir prendre sa retraite à 64 ans, alors que selon l’OCDE, l’âge effectif auquel nous cessons de travailler est inférieur de 3,7 ans.

Les taux d’intérêt sont anormalement bas depuis des années et la motivation de placer de l’argent sur un compte d’épargne traditionnel est donc faible. Comme beaucoup de choses deviennent plus chères, les gens peuvent acheter de moins en moins avec leur salaire. Fait remarquable, 44% de tous les Européens ont l’impression que la commodité des applications de paiement les incite à dépenser encore plus qu’avant. En Belgique, ce pourcentage est même de 52 %.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close