« Les emails de Podesta nous montrent comment l’élite démocrate dirige l’Amérique »

Les dernières fuites d’emails  de Wikileaks, dévoilant les échanges du président de la campagne en faveur d’Hillary Clinton, John Podesta, sont « une fenêtre dans l’âme du parti démocrate et sur les rêves et les pensées de la classe à laquelle ce parti répond », écrit l’auteur américain Thomas Frank, dans The Guardian. Il explique que cette nouvelle fournée d’emails nous montre comment cette élite fonctionne, et comment elle d’entretient : « Ils pensent qu’ils ne sont pas une classe du tout, mais plutôt les éclairés, les gens à qui l’on doit répondre, mais qui n’ont eux-mêmes jamais besoin de s’expliquer. (…)

La loyauté des gens de cette classe les uns pour les autres

Ce genre d’e-mail de Podesta, dans lequel les gens essayent de se trouver un emploi, ou de trouver un emploi pour leurs enfants, pointe vers la chose la plus fondamentale que nous savons à propos des personnes qui se trouvent au sommet de cette classe : leur loyauté des uns pour les autres, et la manière dont elle surpasse tout le reste. (…)Lisez ces e-mails, et vous comprendrez pour commencer, que les gens de la tranche au sommet de la vie américaine se connaissent tous. Ils s’impliquent tous d’une manière ou d’une autre pour promouvoir les carrières les uns des autres, constamment.Dans ce monde, tout se confond. Le département d’État, les banques, la Silicon Valley, les associations humanitaires, la “Global CEO Advisory Firm”, qui apparait avoir sollicité des dons pour la clé la fondation Clinton.

Mais une grande limite demeure

Les cadres qui en sont issus vont d’une fondation au gouvernement, puis d’un think tank à une start-up. Il y a des titres honorifiques. Du capital-risque. Les droits accordés par les fondations. Des chairs dotées. Des degrés avancés. Pour eux, les portes tournent. Les amis réussissent tous. Ils brisent toutes les limites. Toutes les limites.Mais une grande limite demeure. Oui, bien sûr, c’est censé être une méritocratie. Mais si vous ne faites pas partie de ce groupe prospère et joyeux, si vous n’avez pas l’adresse e-mail de John Podesta, vous n’en êtes pas.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close