Politique

« Le prochain Premier ministre britannique a déjà perdu l’Ecosse »

L’Écosse travaille actuellement sur l’élaboration de textes juridiques qui devraient permettre la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance. C’est ce que la Première ministre Nicola Sturgeon a déclaré la semaine dernière. Elle a ensuite prononcé un discours devant le European Policy Centre de Bruxelles. Il est possible que ce référendum ait lieu dès l’année prochaine. Mais 2021 semble être l’option préférée. Cette année-là, les Écossais voteront pour un nouveau parlement.

« Peu importe ce que les gens pensent de l’indépendance, un point de convergence est que c’est au peuple écossais de le décider. Les circonstances ont radicalement changé depuis 2014 », a déclaré Sturgeon à Bruxelles. « Les Ecossais doivent avoir la possibilité de choisir avant que les dégâts causés par le Brexit ne puissent plus être stoppés. »

Les Écossais avaient déjà eu l’occasion d’exprimer leur opinion sur leur indépendance en 2014. Mais  55% des Écossais participant à ce référendum avaient opté pour un maintien au sein du Royaume-Uni. Ce référendum était un signe avant-coureur du Brexit. Les jeunes ont opté massivement pour l’indépendance, mais les électeurs les plus âgés ont opté pour le « non ». Deux ans plus tard, ce sont également les plus de 50 ans qui ont scellé le départ de la Grande-Bretagne de l’UE.

L’Écosse a voté à une large majorité (62 %) en faveur du « Remain » (‘Rester’) lors du référendum Brexit de 2016. Tout comme l’Irlande du Nord, mais contrairement à l’Angleterre et au pays de Galles. Le « Remain » l’a emporté dans chacune des 32 régions administratives écossaises. Le score le plus élevé de toutes les villes britanniques a été atteint dans la capitale écossaise d’Édimbourg. Là-bas, 74 % des électeurs ont choisi de rester dans l’UE. « L’Ecosse et le Royaume-Uni suivent un chemin de plus en plus différent », a déclaré Sturgeon (photo ci-dessous).

Écosse référendum indépendance
EPA-EFE / WILL OLIVER

« Les conservateurs britanniques veulent le Brexit à tout prix »

Entre-temps, il semble également que les conservateurs britanniques soient prêts à renoncer à l’alliance de 312 ans avec les Écossais. Cela sous la devise « Un Brexit à tout prix« . Les Tories ne s’opposent pas au départ de l’Écosse du Royaume-Uni, ne redoutent pas que l’économie de leur pays implose, que l’Irlande du Nord quitte le Royaume-Uni ou que leur propre parti implose, tant que le Brexit est mis en œuvre.

Le fait que Boris Johnson soit celui qui a les meilleures chances de succéder à Theresa May ne fait qu’empirer les choses en Écosse. Lorsque Johnson était rédacteur en chef du magazine The Spectator en 2004, ce magazine avait publié un poème dans lequel on qualifiait les Écossais de « vermine ».

Une Ecosse indépendante a-t-elle un avenir économique ?

La question de savoir si une Écosse indépendante avec ses 5,4 millions d’habitants a un avenir économiquement viable est un autre débat.

Les observateurs notent que sans le soutien de la Grande-Bretagne, l’économie écossaise s’affaiblirait considérablement. L’industrie pétrolière et le secteur financier, entre autres, ont été durement touchés ces dernières années. Ce sont les deux principaux piliers de l’économie locale.

De plus, la Grande-Bretagne serait un partenaire d’exportation beaucoup plus important pour l’Écosse que l’Union européenne. Selon un certain nombre d’experts, l’indépendance pourrait causer un préjudice économique majeur à l’Écosse. La question est de savoir si cela l’emporte sur le désir de l’Écosse de retrouver son indépendance.

De plus, les différences avec l’Angleterre restent considérables. L’Ecosse loue la social-démocratie. Les riches paient plus d’impôts pour maintenir le système de sécurité sociale. Les étrangers sont les bienvenus. L’exact opposé de ce que l’on attend à Londres après le Brexit.

Tags
Show More
Close
Close