Economie

L’économie allemande toussote

L’économie allemande pourrait enregistrer une décennie de croissance continue cette année. Cependant, des nuages ​​sombres se profilent à l’horizon. C’est ce qui ressort de divers rapports sur l’économie allemande. Les observateurs se réfèrent notamment aux données de Destatis, l’office statistique allemand, concernant les commandes dans l’industrie. 

Ces statistiques ont enregistré une baisse de 2,2 % en mai. Et au cours des 2 mois précédents, on n’avait constaté que des croissances modestes de l’ordre de 0,8 % et 0,4 % respectivement.

Au total, par rapport à la même période de l’année dernière, les commandes industrielles ont chuté de 8,6 % en mai. La menace d’une récession allemande dès cet automne est de plus en plus tangible.

Contraction

Selon les observateurs, cette baisse des commandes industrielles allemandes du mois de mai est la plus forte en plus de dix ans.

Les analystes de la banque centrale allemande, la Bundesbank, craignent une contraction de l’Allemagne au cours du deuxième trimestre de cette année, et une reproduction de ce scénario au troisième trimestre.

Si cela devait se produire, ce serait la première fois que l’Allemagne retournerait en récession depuis 2009, lors de la crise financière.

Là encore, les analyses mettent en cause les incertitudes liées aux relations commerciales tendues entre la Chine et les États-Unis, les problèmes du Moyen-Orient, les questions persistantes concernant le Brexit, mais aussi la détérioration de la situation économique italienne. Ces facteurs sont autant de menaces sur les exportations allemandes. 

Les commandes industrielles nationales ont augmenté de 0,7 %, mais celles provenant des marchés étrangers ont connu une baisse de 4,3 %, et même de 5,7 % pour les pays situés en dehors de l’Union européenne.

Confiance

Les fleurons de l’économie allemande se montrent particulièrement pessimistes. Le secteur automobile et la construction de machines s’attendent à un recul de 2 %. L’industrie chimique prévoit même une diminution de 4 %. 

Néanmoins, les experts anticipent encore un taux de croissance de 0,5 % cette année, grâce au taux d’emploi élevé et à la consommation intérieure, principalement tirée par les hausses de salaires.

Mais ils n’occultent pas la menace posée sur l’emploi par l’épuisement des carnets de commandes, combinée aux défis de la numérisation de l’économie et du changement climatique. Le nombre de chômeurs a encore légèrement diminué en juin. Mais un certain nombre de multinationales allemandes ont annoncé la mise en oeuvre de vastes plans de restructuration ces dernières semaines.

Des suppression de postes pourraient saper le moral des familles allemandes, et réduire leur soif de consommation. Le climat de confiance des familles allmemandes sera décisif dans les mois à venir, conclut Les Echos

Tags
Show More
Close
Close