EconomiePolitique

Les Verts allemands veulent supprimer l’aviation intérieure

L’Allemagne doit prendre des initiatives pour éliminer progressivement l’aviation intérieure. Dans 15 ans, les vols intérieurs entre les destinations allemandes doivent avoir été en grande partie supprimés. C’est ce qu’affirme un rapport du parti écologiste allemand Die Grünen. L’étude souligne que l’intention n’est pas d’interdire l’aviation intérieure, mais le parti réclame des mesures de nature à saper l’intérêt de ces liaisons. En même temps, selon Die Grünen, les passagers devraient se voir proposer un nombre suffisant d’autres alternatives.

Le parti songe notamment à l’introduction d’une taxe sur le kérosène. Die Grünen souhaite en revanche encourager le trafic ferroviaire.

Wifi

Dans le rapport, le parti vert allemand demande une fréquence plus élevée des trains. Mais selon Die Grünen, les temps de parcours indiqués doivent également être plus fiables. En outre, le parti vise également à obtenir des billets moins chers. « Pour rendre le trafic ferroviaire encore plus attractif, les chemins de fer allemands doivent également garantir de bonnes connexions Wi-Fi », selon l’étude.

« Tous ces objectifs doivent faire en sorte que l’attractivité du trafic ferroviaire dans les vingt-cinq prochaines années devienne si forte que les liaisons aériennes nationales peineront à trouver des clients. » Pour atteindre cet objectif, la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn (DB) disposera d’un budget annuel de 3 milliards de dollars.

« Pour pouvoir concurrencer le transport aérien intérieur, le temps de trajet en train entre le plus grand nombre possible de villes allemandes doit être réduit à un maximum de quatre heures », affirme Die Grünen. « Les voyageurs allemands devraient également pouvoir se rendre à l’étranger dans les mêmes délais. À long terme, un réseau européen de trains de nuit devrait être rétabli. »

« Il est inacceptable que les avions, qui causent plus de dégâts climatiques que d’autres moyens de transport, reçoivent encore des milliards de dollars de subventions », a déclaré Daniela Wagner, l’une des auteurs du rapport. « Le trafic ferroviaire respectueux de l’environnement, en revanche, demeure le parent pauvre chronique. »

Pression

Avec le rapport, Die Grünen souhaite augmenter la pression sur le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer. L’accord de coalition de la coalition allemande prévoit l’extension du réseau ferroviaire national. Le gouvernement allemand a annoncé de lourds investissements dans la Deutsche Bahn.

L’objectif est de doubler le nombre de passagers des trains d’ici la fin de la prochaine décennie. Le réseau ferroviaire allemand devrait également devenir plus rapide et plus efficace. Le ministre Scheuer considère ce programme comme le plus important investissement dans le trafic ferroviaire depuis la réforme majeure du réseau ferroviaire allemand au milieu des années 90.

La Deutsche Bahn a déjà annoncé son intention d’investir 30 millions d’euros pour garantir les connexions WiFi sur toutes les liaisons ferroviaires plus longues.

Cependant, les Grünen militent pour l’introduction progressive d’une taxe sur le kérosène sur les vols intérieurs. Cette taxe s’élèverait à 65 cents le litre. Cela correspond au niveau de la taxe sur l’essence.

L’introduction d’une taxe sur le kérosène pourrait rapporter 7 milliards d’euros par an de recettes fiscales à l’Allemagne. Les liaisons intérieures, par contre, ne représentent que 16 % du trafic aérien total en Allemagne.

Échange de droits d’émission

L’aviation est soumise au système européen d’échange de quotas d’émission,  le kérosène en est actuellement exempté. Selon les experts, l’introduction d’une taxe au niveau national n’a aucun sens. « Les avions s’approvisionneraient ailleurs avant d’atterrir en Allemagne », commentent-ils. «L’aviation est une industrie internationale. Les mesures unilatérales n’ont donc aucun sens. »

Toutefois, l’Union européenne rappelle qu’elle n’a pas de compétence fiscale. en effet, cette législation reste une compétence nationale. Certains États membres de l’Union européenne craignent toutefois un impact négatif sur le tourisme. Selon les experts, il sera donc difficile de trouver l’unanimité à cet égard.

Les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la France, la Suède et l’Allemagne ont déjà indiqué ne pas être opposés à une taxe sur le kérosène.

Tags
Show More
Close
Close