Politique

Di Rupo ne prononcera pas de « félicitations » pour Michel

Avec la nomination de Charles Michel (MR) au conseil européen, un poids lourd absolu va bientôt disparaître de la scène politique belge. Cela peut avoir un impact important : Michel a osé prendre des risques et s’opposer radicalement à l’hégémonie du PS, au grand dam d’Elio Di Rupo. Une ère post-Michel peut immédiatement signifier un dégel des relations entre PS et MR.

Aucun message sur Twitter ou Facebook, pour féliciter son collègue président et le Premier ministre belge. Telle est la réaction du président du PS, Elio Di Rupo, à l’élection de Charles Michel (MR) à la présidence du Conseil européen.

Paul Magnette offre des « félicitations », entre guillemets, parce que le message ne se lit pas immédiatement comme un message cordial. Magnette parle de sa ‘cooptation’, pas de son ‘élection’. Et il annonce alors immédiatement que la gauche européenne poursuivra la lutte pour les travailleurs et le climat. Agréable.

Les réactions sont révélatrices sur les relations en Belgique francophone, entre la direction du PS et celle du MR. Plus que glaciales. Le fait que Michel soit devenu Premier ministre par un pacte avec la N-VA n’a jamais été pardonné par le PS, et par extension, par une grande partie des faiseurs d’opinion francophones et des proches du PS. Michel devrait ressentir cette « haute trahison » pendant des années.

Michel vs Di Rupo: le jour et la nuit à l’international

Elio Di Rupo
EPA / STEPHANIE LECOCQ

Le fait qu’il soit maintenant beaucoup plus haut sur la scène internationale que son prédécesseur, Di Rupo, a également dû être difficile à digérer. Alors que Di Rupo représente une vieille génération, qu’il a du mal à s’exprimer en anglais et en néerlandais et qu’il s’est retiré au niveau international dans une logique purement socialiste, Michel a facilement noué des contacts avec une jeune génération de politiciens tels qu’Emmanuel Macron, Justin Trudeau et Xavier Bettel. Les deux premiers sont des stars absolues dans le monde francophone, et le fait que Michel se trouvait souvent avec eux sur les photo dérangeait. De plus, son anglais est bon et ses relations avec les non-libéraux d’Europe, notamment avec Angela Merkel, étaient excellentes.

Au cours de la campagne électorale, le MR, après des scrutins destructeurs, s’est préparé à un score très médiocre. Mais un homme s’est lancé dans la bataille et a pris tout le poids de la campagne : Michel lui-même. Cela a donné un résultat meilleur que prévu et surtout une position meilleure qu’en 2014 : le MR ne peut tout simplement plus être écarté en Wallonie, dans la communauté française et au niveau fédéral.

Mais la rivalité entre Di Rupo et Michel se traduit encore aujourd’hui par une relation absolument glaciale entre le PS et le MR. À Bruxelles, Laurette Onkelinx (PS) voulait vraiment faire tout son possible pour que les libéraux restent en dehors de la coalition, en Wallonie, le PS et Ecolo continuent à le faire avec un gouvernement minoritaire, afin de ne pas inclure le MR dans le gouvernement.

Nouveau vent au MR ? Reynders n’en est pas une preuve en attendant

Informateur Didier Reynders (MR)
Didier Reynders (MR) – epa

Maintenant que de nouveaux dirigeants arrivent au MR, nous devons attendre de voir quelles seront les relations avec le PS. Michel lui-même n’est bien sûr pas encore vraiment parti, il restera Premier ministre démissionnaire jusqu’à la fin du mois de novembre. S’il n’y a pas de nouveau gouvernement fédéral d’ici là, Didier Reynders sera le successeur. Mais la question de savoir si le vice-premier ministre deviendra également immédiatement le chef du MR est une question complètement différente. Le Liégeois qui a fui à Bruxelles a reçu des coups internes. Les libéraux francophones n’ont pas oublié qu’il n’a tout simplement pas participé aux élections municipales de 2018 et qu’il a obtenu un score modeste en 2019.

Au MR, des élections présidentielles étaient prévues à la fin de cette année, mais Michel était encore omnipotent en tant que président et premier ministre. Il est logique qu’il prépare maintenant minutieusement sa succession. Quoi qu’il en soit, la relation entre les deux blocs les plus puissants, le PS et le MR, nécessite un « reset ». Parce que mathématiquement, les deux se condamnent mutuellement à un trop grand nombre de niveaux. Le fait que Michel disparaisse bientôt facilite grandement le rapprochement. Et si jamais le PS décidait qui était le vrai patron, Di Rupo ou Magnette, cela faciliterait également les choses.

Tags
Show More
Close
Close