Des économistes et des hommes d’affaires allemands viennent de fonder un groupe eurosceptique

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Un nouveau parti eurosceptique, Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne), vient de voir le jour en Allemagne, affirme Spiegel. Mais il présente une différence par rapport aux autres partis eurosceptiques des autres pays européens, qui sont des partis politiques classiques, ou des courants totalement déconnectés du monde politique et du monde économique: ses fondateurs sont essentiellement des économistes de haut niveau, ou des personnalités de l’élite du journalisme ou du monde des affaires.

Le parti, qui n’en est pas encore tout à fait un officiellement, réclame la « dissolution de l’euro en faveur d’une monnaie nationale ou d’une union monétaire plus restreinte ». Il exige également la fin des paiements des prêts d’urgence et le démantèlement du Mécanisme Européen de Stabilité.

La personnalité la plus éminente de la liste des fondateurs du parti est Hans-Olaf Henkel, l’ex-président de la Fédération des Industries Allemandes, mais on trouve aussi des économistes réputés tels que Joachim Starbatty et Wilhelm Hankel, qui avaient fait parti du groupe qui s’était opposé au plan d’urgence pour la Grèce à la Cour constitutionnelle allemande. Mais c’est sous l’impulsion de Bernd Lucke, un macro-économiste de Hambourg membre du pari des Chrétiens Démocrates dont est issu Angela Merkel et qui en a claqué la porte après 33 ans en 2011 suite aux différents plans de sauvetage, qu’Alternative pour l’Allemagne doit sa création.

Pour obtenir le statut de parti politique, Alternative pour l’Allemagne devra obtenir au moins 2000 signatures dans chacun des 16 Landers ou 0,1% des voix de la population de ce lander. A part son rejet de l’euro, le parti n’a pas d’autres projet, et ses membres ne s’accordent pas encore sur la façon de mener à bien l’abandon de l’euro. Ses fondateurs ont indiqué qu’ils procèderaient à la création officielle du parti en avril de cette année. Une autre question concerne le financement, qui reste incertain.

Mais avec le mécontentement grandissant de la population allemande qui comprend que l’Allemagne est en train de devenir le seul pays capable de soutenir les autres pays membres de la zone euro, il est probable que ce parti pourrait devenir une menace sérieuse pour les partis traditionnels allemands. Les élections auront lieu à l’automne cette année en Allemagne.

Show More
Close
Close