Tech

Des chefs d’entreprises : « L’IA aura un impact plus fort qu’Internet »

Les dirigeants d’entreprises considèrent la rapidité des changements technologiques comme l’une des principales menaces aux perspectives de croissance de leurs entreprises. Telle est la conclusion d’un rapport du consultant PricewaterhouseCoopers (PwC), basée sur des entretiens avec plus de 1.400 chefs d’entreprise dans plus de 90 pays.

Selon cette étude, 63% des dirigeants d’entreprise interrogés pensent que l’intelligence artificielle aura un impact plus important que celui d’Internet. En outre, en raison du manque de compétences, plus de la moitié (55%) estimaient ne pas être en mesure d’innover efficacement.

Préoccupation

Les chefs d’entreprises redoutent qu’il soit difficile de suivre le rythme des progrès technologiques, expliquent les chercheurs. La technologie d’intelligence artificielle s’avère déjà efficace pour générer certains résultats commerciaux, tels que l’amélioration de la reconnaissance du contenu et des recommandations, l’augmentation des ventes et la fidélisation de la clientèle.

Cependant, il existe des divergences entre les chefs d’entreprises de différentes régions. Certains régions considèrent l’impact de la technologie plus fortement que d’autres. Au Moyen-Orient, 78% des dirigeants d’entreprise pensent que l’intelligence artificielle aura un impact plus important que celui d’Internet. En Amérique du Nord, toutefois, ils ne sont que 44% à être d’accord avec cette affirmation.

Bien que les chefs d’entreprise reconnaissent l’impact de l’IA, un groupe important semble faire preuve de prudence dans la pratique. Environ 58% des organisations n’ont pas pris d’initiatives concernant l’intelligence artificielle. Plus du tiers (35%) des organisations qui n’ont pas introduit l’IA envisagent de le faire au cours des trois prochaines années. Près du quart (23%) ont déclaré ne pas avoir l’intention de mettre en œuvre des initiatives d’IA pour le moment. En Amérique du Nord, ce chiffre tombe à 18%.

Pessimisme

Le rapport a également pointé d’autres tendances. Le nombre de PDG ayant des perspectives de croissance pessimistes a considérablement augmenté. En 2018, 5% des chefs d’entreprise pensaient que les conditions économiques se détérioreraient. En 2019, cette proportion est de 29%. Environ 28% des PDG sont  « extrêmement préoccupés » par la rapidité des changements technologiques. 34% ont cité la disponibilité de compétences clés comme une autre menace similaire.

Il semble également que les dirigeants qualifient moins les États-Unis de piliers importants pour la croissance de leurs entreprises. Un peu plus du quart (27%) ont classé les États-Unis parmi leurs principaux marchés, contre 46% en 2018.

Tags
Show More
Close
Close