Tech

Des caméras de surveillance capables de lire sur les lèvres changeront radicalement la société

Londres est un terrain d’essai pour la technologie de surveillance visuelle. Environ 420 000 caméras de surveillance en circuit fermé (CCTV) ont été installées à l’intérieur et autour de la ville, ce qui fait de la capitale britannique la deuxième ville la plus surveillée au monde après Beijing. Mais en plus de filmer, ces caméras seront également bientôt capables de lire sur les lèvres. « 1984 » ressemblera alors à un terrain de jeu par rapport à la réalité.

De nombreuses caméras ont été installées à Londres au début des années 90. C’était une réaction aux attaques de l’IRA dans la ville. Cela a été suivi par une série de nouvelles installations à la suite des attentats du 11 septembre et de celles de Londres même en juillet 2005. Enfin, une nouvelle vague d’installations a eu lieu dans la perspective des Jeux olympiques de 2012. 

Pendant des années, ces caméras disséminées dans la ville n’étaient guère plus que des appareils « stupides ». Elles se bornaient à filmer ce qui se passait devant elles. Mais les progrès de l’intelligence artificielle, ainsi que la baisse des coûts des caméras elles-mêmes, ont totalement transformé le contrôle visuel. 

Big Brother vit à Londres

Les algorithmes sont formés par apprentissage automatique pour identifier des individus, des objets ou des comportements étranges spécifiques. Ces caméras peuvent en effet « vous voir » efficacement. Un rapport du commissaire britannique aux caméras de surveillance, Tony Porter, montre que le nombre de « caméras intelligentes » dans les espaces publics et privés va augmenter de manière exponentielle au cours des cinq prochaines années. Des caméras de surveillance sont maintenant installées dans les écoles, les toilettes publiques, les hôpitaux, etc. Londres devient progressivement une « ville intelligente » qui complète les yeux et les oreilles de forces de police traditionnellement surchargées.

Des caméras qui peuvent aussi lire sur les lèvres

Mais en attendant, les mesures visant à renforcer le contrôle de la population dépassent tout ce que George Orwell avait osé imaginer dans son livre « 1984 ». Le même Tony Porter craint aujourd’hui que les possibilités technologiques sans cesse croissantes ne constituent une menace pour une société libre et ouverte. Selon Porter, la technologie de reconnaissance faciale est presque obsolète par rapport à la capacité automatisée des derniers systèmes de vidéosurveillance, qui peuvent lire sur les lèvres et capter les signaux suspects des personnes en fonction de leur seule façon de se mouvoir.

La question est donc de savoir comment nous, en tant que société, gèrerons ces nouvelles technologies. En particulier, la capacité qui permet aux machines de déchiffrer ce que les gens disent peut avoir des conséquences très graves, déclare Porter dans le British Evening Standard.

Une société dans laquelle nous renonçons à notre droit à la vie privée

Cela menace de changer considérablement notre comportement dans la société. Les gens auraient peur d’entamer des conversations dans la rue. Un phénomène qui est déjà visible dans le monde du sport aujourd’hui. Lesfootballeurs se couvrent la bouche avec leur main lorsqu’ils discutent de directives tactiques. Uniquement pour empêcher leurs adversaires de lire sur les lèvres ce qu’ils disent.

Simon Stacpoole / Offside / Getty Images

« Multipliez cela par des millions », dit Porter. Aujourd’hui, il n’existe pas de cadre juridique clair pour cela. Le spectre d’une société de surveillance étendue et omniprésente, dans laquelle les personnes renoncent à leur droit à la vie privée, menace de devenir une réalité.

1984

Porter se réfère également à « 1984 », le roman de 1949, dans lequel l’auteur décrit un État dans lequel les citoyens sont surveillés en permanence par « Big Brother ». « 70 ans après Orwell, nous devons prendre ses avertissements au sérieux. Et dire quel genre de société nous voulons et celle dont nous ne voulons pas. » Le risque d’une société dans laquelle le contrôle est encore bien plus grand que celui de « Big Brother » devient bien réel.

Mais de plus en plus de gens résistent aux tentatives d’introduction de nouvelles technologies de surveillance. Des chercheurs de l’Université d’Essex affirment qu’il n’est pas évident que la police métropolitaine de Londres respecte les droits de l’homme lorsqu’elle utilise une technologie de reconnaissance faciale. La police du Sud du Pays de Galles a également été accusée d’utilisation illégale de technologies.

Tags
Show More
Close
Close