Assistons-nous à l’émergence d’une superpuissance nucléaire européenne ?

Au sein de l’Union européenne, l’idée, autrefois impensable,  de la nécessité de se doter d’un programme de dissuasion nucléaire fait son chemin, affirme le New York Times. « Les analystes disent que ce débat, même s’il ne se traduit pas en action, démontre le sentiment croissant en Europe que des mesures drastiques pourraient être nécessaires pour protéger l’ordre d’après-guerre à l’ère de la Trump-présidence, d’une Russie renaissante et d’un possible alignement entre les deux », écrit le journal américain. Assistons-nous à l’émergence d’une superpuissance nucléaire européenne ?Peu de temps après l’élection de Donald Trump, l’eurodéputé allemand Roderich Kiesewetter a soulevé la question d’une option nucléaire européenne au Bundestag. Jaroslaw Kaczynski, ancien Premier ministre polonais et actuel président du Parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir en Pologne, avait évoqué l’idée d’une Union européenne nucléaire dans le Frankfurter Allgemeine en février.En Allemagne, un pays avec un sentiment anti-nucléaire généralisé, le débat a maintenant atteint le grand public, souvent sous forme controversée.

Le débat se généralise

Selon Jana Puglierin qui dirige le Alfred Oppenheim Center du think tank DGAP ( Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik), « une poignée de dirigeants européens ont provoqué un débat public, dans les journaux , des interviews à la radio et des documentaires de télévision ». Dans le New York Times, elle manifeste son étonnement : «Je suis vraiment surprise que nous discutions de cela ». Mais selon Puglierin, le public allemand est pour le moment « totalement opposé » à cette idée.

Selon le plan, la France s’engagerait à déployer son arsenal nucléaire pour protéger le reste de l’Europe sous un commandement européen commun. Le plan comprendrait également le déploiement de têtes nucléaires françaises dans les autres pays européen et il serait financé par l’Allemagne.

Un tel programme ne prendrait effet que dans l’hypothèse où le continent ne pourrait plus compter sur la protection américaine. Il ne permettra donc pas l’accès de nouveaux pays au club très sélect des détenteurs de l’arme nucléaire, mais conduirait néanmoins à une escalade sans précédent des capacités militaires de l’Europe et à une rupture radicale avec le leadership américain.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close