EconomiePolitique

De Block veut le même statut pour les employés, les indépendants et les fonctionnaires

La dirigeante d’Open Vld, Maggie De Block, lance un plan ambitieux pour la sécurité sociale : le même statut pour les salariés, les indépendants et les fonctionnaires. Ce soi-disant statut unique est censé être une révolution à laquelle rêvent les libéraux depuis des années, mais les syndicats et la gauche ne veulent pas en entendre parler. Simultanément, De Block est aussi ambitieuse pour elle-même : elle veut revendiquer à nouveau la santé publique et les affaires sociales. Pas évident pour son parti.

Lorsque les libéraux ont conquis le ministère de la Santé et des Affaires sociales en 2014, c’était un peu historique. Traditionnellement, c’était un super-ministère qui revenait à une famille socialiste. Depuis 2003, il était aux mains du PS, notamment de Laurette Onkelinx (PS). Pendant une courte période, Groen, avec Magda Aelvoet, a occupé ce poste, mais si l’on exclut cette courte interruption, le ministère de la Santé publique était un ministère «rouge» depuis 1988. Avant cela, il était occupé par les démocrates chrétiens, le dernier libéral en poste à la santé publique a été Adolphe Van Glabbeke, en 1950. Le moins qu’on puisse dire, c’est que De Block a vraiment apporté un vent de changement.

La santé publique, le «ministère de rêve» de De Block

La raison de ce choix atypique était simple: c’était le «ministère de rêve» pour De Block. Elle-même est un médecin généraliste qui a mis un point d’honneur à ne jamais renoncer à son cabinet de politicienne, mais plutôt à combiner les deux emplois afin de rester avec un pied dans le «monde réel». Et De Block a sauvé les meubles pour son parti Open Vld : à l’Asile et aux migrations, elle était devenue particulièrement populaire et, lors de la campagne de 2014, elle avait porté Open Vld pendant la campagne.

Mais ce choix a eu de lourdes conséquences pour Open Vld fédéral. Comme De Block a remporté un portefeuille très important, le leader fédéral, Alexander De Croo (Open Vld), s’est retrouvé avec un maigre butin. Certes le poste de vice-Premier ministre, mais aussi des miettes de pouvoir, entre autres, avec les Télécoms et la coopération au développement. Une erreur qui n’a été corrigée qu’à la chute de Michel I, et au sein de Michel II, De Croo a récupéré le portefeuille des Finances.

Un statut uniforme

(Traduction du tweet : « Il est essentiel de se débarrasser des différents statuts sociaux. Quiconque investit 1 euro dans sa pension doit en recevoir le même rendement. Que l’on soit salarié, fonctionnaire ou indépendant »)

En soi, il n’est pas surprenant que De Block se lance dans la campagne, via une interview dans De Tijd (€), avec une «toute nouvelle» proposition pour les affaires sociales : le statut unique. C’est un vieux rêve libéral : les mêmes droits sociaux pour les travailleurs indépendants que pour les employés et les fonctionnaires. Le marché du travail deviendrait immédiatement beaucoup plus flexible : les gens pourraient passer d’une carrière à l’autre sans perdre leurs droits. La limite de la proposition réside dans le fait qu’elle ne s’applique pas aux statuts actuels, mais à tous ceux qui ne font que commencer. Cela signifierait qu’il faudra des années avant que les anciens ne soient éteints.

De Block a une autre proposition : elle souhaite également financer la sécurité sociale différemment. De Block souhaite introduire le « modèle cappuccino », une manière un peu complexe d’expliquer la proposition. Tout le monde bénéficie d’une assurance de base, qui ne provient pas du budget de la sécurité sociale, mais du budget général de l’État. D’autres systèmes sociaux s’ajoutent ensuite, « une couche d’expresso », si l’on veut.

Mais la nouvelle, c’est peut-être que De Block est très enthousiaste à l’idée de reprendre son ministère actuel à la prochaine législature. Il ne s’agit pas de celui de l’asile et des migrations, dans lequel elle a jadis brillé, mais qu’elle a dû laisser à la N-VA et à Theo Francken en 2014. L’année dernière, elle lui a succédé à la suite de la crise du Pacte de Marrakech. Il a dit qu’il reviendrait : « Je reviendrai ». Elle a réagi un peu en plaisantant : « Je ne reviendrai pas« . Exit donc l’asile et la migration, bonjour la santé publique et les affaires sociales.

Ce n’est pas un portefeuille évident

Mais la question est de savoir si ce message sera si bien reçu. Open Vld était le plus petit parti de la coalition suédoise. Pour réclamer un tel super-département, il faut être prêt à payer un prix élevé. Est-ce à De Croo que cela incombera ? Ou à d’autres de l’Open Vld?

Indépendamment de cela, la question reste posée de savoir si cela a tant rapporté politiquement aux libéraux. Ce n’est pas le ministère où ils peuvent réduire les coûts, comme au ministère des finances. Et ce n’est pas le domaine dans lequel vous pouvez faire galerie pendant cinq ans : De Block suscite l’opposition tous azimuts pour ses réformes et contente peu de groupes d’intérêts. Ce n’est pas un portefeuille évident pour la famille bleue.

D’ailleurs, De Block est très consciente de ce qui la attend. En 2014, elle était encore la reine du bal, en termes de popularité. «Même si j’obtiens un très bon résultat, je serai considérée comme une perdante. On peut avoir l’argent, mais si on a remporté l’or la dernière fois, on a moins bien réussi », a-t-elle déclaré à De Tijd le 26 mai. Mais l’objectif reste clair : devenir le deuxième parti de la Flandre. Si cela réussit, elle pourrait alors peut-être se permettre à nouveau le super-département.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close