Le mélange idéologique entre l’État islamique et la National Rifle Association

La récupération politique de l’horrible tuerie perpétrée dans la boîte de nuit Pulse d’Orlando est en marche. Les Républicains pointent “l’islam radical” ; les Démocrates s’attaquent principalement à la législation laxiste sur les armes à feu aux États-Unis, et à la haine. Dans le New York Times, Roger Cohen mélange les deux positions en une seule : “Il est toxique de blâmer les 1,6 milliard de musulmans pour la crise qui touche leur religion. […] Mais il est aussi très dangereux d’ignorer ou de minimiser la puissance de l’idéologie de l’État islamique, le rôle clé qu’elle a joué dans la violence récente de Paris à la Californie, et le lien entre cette idéologie et la crise plus générale de l’islam. Le terme favori de l’administration Obama pour nommer cette malédiction – cet “extrémisme violent” – est si vague qu’il n’a plus de sens. Bien sûr, les terroristes djihadistes sont des “extrémistes violents”, mais les appeler ainsi est comme qualifier le nazisme de réaction à l’humiliation allemande liée à la Première Guerre mondiale : c’est vrai, mais tout à fait insuffisant. [Le terroriste auteur de la fusillade d’Orlando] Mateen a démontré une nouvelle fois la puissance du mélange idéologique de l’État islamique et de la NRA (National Rifle Association, le lobby qui promeut la liberté de détenir des armes aux États-Unis).

L’Amérique est la scène de rêve pour les adeptes de l’État islamique qui veulent jouer les “loups solitaires”, parce qu’ils ont accès aux armes nécessaires pour mener à bien leurs atrocités. Bien que Mateen ait fait 2 fois l’objet d’enquêtes du FBI au sujet de ses possibles liens avec le terrorisme au cours de ces dernières années, il a pu récemment se rendre sans entrave dans une armurerie, et acquérir un fusil semi-automatique et un pistolet. Selon toute norme raisonnable, c’est une folie.

Le fusil d’assaut AR-15 utilisé par Mateen a également été l’arme utilisée par les terroristes à San Bernardino. L’ancien président de la NRA, David Keene, a appelé autrefois cette arme “l’arme à feu que les démocrates adorent détester”. Mais en fait, cette arme illustre pourquoi les lois laxistes des armes à feu aux États-Unis n’accordent pas un grand prix à la vie humaine des Américain. Ces lois sont une aberration”.

Show More
Close
Close