Politique

Comment résoudre un problème comme celui de l’Arabie Saoudite?

L’Arabie saoudite menace d’une revanche dévastatrice si l’Occident prend des sanctions en réponse à la disparition non élucidée du journaliste Jamal Khashoggi, éminent critique du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Où est Jamal Khashoggi ?

Jamal Khashoggi s’est rendu au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul la semaine dernière. Ankara a publié des images montrant que le journaliste est entré au consulat. Il n’en est jamais sorti. Les autorités turques spéculent que le journaliste a été tué par un commandement saoudien au consulat. On suppose que son corps est coupé en morceaux et que le consulat est passé en contrebande dans diverses valises.

Qui est Jamal Khashoggi ?

Khashoggi est un Saoudien qui a toujours maintenu de bons liens avec la famille royale. Il était également actif en tant que journaliste. Mais comme il s’était montré critique vis à vis de Mohammed ben Salmane, il a été contraint de quitter son pays l’année dernière après avoir été menacé à plusieurs reprises. Il a déménagé aux États-Unis et a écrit des articles d’opinion pour le Washington Post. Riyad nie vigoureusement toute implication dans sa disparition.

Le journal allemand Die Welt a révélé dimanche que Jamal Khashoggi n’était pas un journaliste ordinaire, mais un agent des services de renseignements saoudiens, un confident d’Oussama ben Laden et le cousin du tristement célèbre marchand d’armes arabe Adnan Khashoggi. Selon certaines sources, il aurait également été membre des Frères musulmans, l’organisation islamique qui souhaite remplacer la monarchie saoudienne par un État islamiste totalitaire moderne. Le fait que les Saoudiens aient cherché à se rapprocher d’Israël constituait pour lui le franchissement d’une ligne rouge. 

© EPA

L’Occident va rarement au delà de la critique

Pourtant, Khashoggi n’est pas le premier Saoudien à disparaître. Certains opposants au régime saoudien l’ont précédé. Car bien que l’Occident  pris l’habitude de critiquer les cas de violation des droits de l’homme en Arabie saoudite, cela s’arrête généralement là. 

Pour citer la journaliste néerlandaise Sheila Sitalsing : « De tous les régimes malfaisants, celui de l’Arabie saoudite est peut-être le plus choquant pour nous autres de l’Occident libre. Ils coupent des têtes et des mains. Ils infligent des châtiments corporels, souvent après un procès boîteux. Ils traitent les femmes comme des reproductrices incapables. Ils agissent sans pitié contre les personnes qui protestent contre eux. »

Une fois de plus, à l’Ouest, la gauche et la droite sont menacées de représailles. Les CEO de Ford, JP Morgan et Uber ont déjà annoncé leur annulation à une conférence (le « Davos du désert ») qui se tiendra plus tard ce mois-ci à Riyad. Richard Branson et Neelie Smit-Kroes ont également annulé leur participation, tandis que la bourse saoudienne a fermé dimanche sur une perte pour 182 des 186 actions cotées.

« Paralyser le monde »

Mais les Saoudiens sont exceptionnellement combatifs. « La vérité est que si Washington impose des sanctions à Riyad, il poignardera sa propre économie à mort, même s’il pense ne poignarder que Riyad », a  écrit dimanche Turki Aldakhil , directeur de la chaîne d’informations saoudienne Al Arabiya. Aldakhil écrit que le prince héritier pourrait très bien envisager de baisser la production de pétrole, ce qui aurait pour effet de catapulter les prix de 80 à 400 dollars le baril et de paralyser le monde entier.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a menacé de lourdes sanctions, s’il s’avérait que Mohammed ben Salmane était à l’origine de la disparition de Khashoggi. Mais après un entretien téléphonique avec le roi Salmane d’Arabie, il a changé de ton. Il a immédiatement envoyé Mike Pompeo, son ministre des Affaires étrangères, à Riyad et a dit à la presse qu’il pourrait y avoir des « criminels » (‘rogue killers’) derrière le meurtre. Cela voudrait dire que Riyad sait que Khashoggi est mort et que Trump cherche une solution diplomatique pour ne pas aggraver les sanctions. CNN a rapporté plus tard dans la journée que les Saoudiens préparent une annonce dans laquelle ils reconnaissent que le journaliste est décédé des suites d’un interrogatoire qui a mal tourné. [Même si le « dépeçage du cadavre » jette au moins une ombre de doute sur un « interrogation qui a mal tourné ». Sinon, le cadavre aurait simplement été transféré à la famille.]

Les ministères des Affaires étrangères français, allemand et britannique ont également accru la pression géopolitique en publiant une déclaration conjointe appelant le gouvernement saoudien à fournir une description détaillée des événements.

© Getty Images

Le Canada a déjà fait l’expérience de la «solidarité occidentale»

Mais l’été dernier, il est également apparu que l’Occident était rarement capable de faire plus que le simple ‘lip service’ («paroles en l’air») lorsque Riyad se mettait à déraper. En août, le Canada a critiqué l’emprisonnement de plusieurs militants des droits de la personne, dont Samar Badawi, une femme qui défend les droits des femmes dans son pays.  La réaction dans la capitale saoudienne a été aussi surprenante que disproportionnée.

L’ambassadeur du Canada a disposé de 24 heures pour quitter le pays et tous les médecins et étudiants saoudiens ont dû quitter le Canada avec effet immédiat. En outre, tous les vols entre les deux pays ont été annulés et les commandes de blé et d’orge ont été annulées. Le fonds d’investissement saoudien a reçu pour instruction de vendre tous les actifs canadiens dans son portefeuille, quel que soit leur prix de revient. Tant et si bien qu’aucun pays occidental ne s’est proposé pour intervenir à titre de médiateur dans le conflit.

Le pouvoir saoudien est énorme

Les Saoudiens jouissent donc d’une position de pouvoir énorme, rappelle Aldakhil :

« […] Peut-être que cela nous rapprochera de la Russie et qu’il y aura même une réconciliation avec l’Iran à venir. Et il ne devrait pas être surprenant que Riyadh cesse d’acheter des armes aux États-Unis. Riyad est le principal acheteur des producteurs d’armes américains et achète 10 % de tout ce qu’ils fabriquent. De plus, nous achetons 85 % de ce que produit l’armée américaine, ce qui signifie que cela ne laisse que 5% pour le reste du monde. En outre, nous investissons également 800 milliards de dollars supplémentaires dans des projets du gouvernement américain. »

Quelle que soit l’issue de cette affaire, l’image du prince héritier Mohammed ben Salmane auprès de la communauté internationale est maintenant fortement dégradée. Le réformateur courageux est maintenant perçu comme un autocrate impulsif et peu fiable, qui n’hésite pas à liquider les voix qui sonnent trop fort à son goût. Reste à savoir si cela aura des conséquences majeures sur le commerce que l’Occident réalise avec les Saoudiens.

Show More
Close
Close