Economie

Des fonds de capital-risque américains achètent des centaines d’immeubles locatifs à Amsterdam et à Rotterdam

Des agents immobiliers locaux d’Amsterdam et de Rotterdam ont collecté des centaines d’immeubles locatifs ces derniers mois pour le compte de l’investisseur américain Blackstone. Il y en aurait pour un montant total d’au moins 200 millions d’euros. C’est ce qu’écrit Het Financieele Dagblad sur base de sources du marché immobilier.

Le transfert de propriété de ces bâtiments devrait intervenir en avril. L’un des achats concerne une rangée de 9 immeubles locatifs situés à Amsterdam-Ouest. 

Les Américains ne sont pas les premiers étrangers à s’intéresser aux immeubles locatifs néerlandais. L’investisseur britannique Round Hill et l’investisseur allemand Patrizia ont également acheté d’importants portefeuilles d’immeubles locatifs aux Pays-Bas. Mais habituellement, ils faisaient généralement affaire avec des associations de logement ou des investisseurs institutionnels. Il est remarquable qu’un fonds d’investissement achète directement des propriétés. 

Le moment où cela se produit soulève aussi des questions. Au cours des derniers mois, les investisseurs en capital-risque ont revendu leurs immeubles locatifs aux Pays-Bas, car la hausse rapide des prix de l’immobilier implique qu’il y a peu de gains additionnels à réaliser.

Depuis, ces portefeuilles ont été repris par des caisses de retraite et des assureurs, qui se concentrent sur les rendements à long terme.

Amsterdam: « Le prix des immeubles locatifs est au plafond »

Les experts ont des doutes concernant le marché immobilier locatif à Amsterdam. Les règles actuelles de la municipalité d’Amsterdam rendraient difficile la rentabilisation des projets d’habitation. Amsterdam a récemment contraint les promoteurs de projets à réserver 40 % des logements des projets de construction neuve au secteur social. Une autre tranche de 40 % doit être affectée à un loyer moyen pendant au moins 25 ans (logements dans la catégorie des loyers moyens, pour lesquelles il existe aussi un plafond pour les augmentations de loyer). Enfin, seuls 20 % sont éligibles pour des loyers et des ventes onéreux.

Le fait qu’une société de capital-risque américaine investisse massivement aujourd’hui dans les villes d’Amsterdam et de Rotterdam soulève des questions. On peut se demander si les prix des maisons et des loyers n’ont pas encore atteint le plafond qu’ils pourraient atteindre. En 2018, les loyers dans les principales villes néerlandaises ont augmenté de 4 % à 14 %. Mais Blackstone préférerait considérer cet achat comme un fonds stratégique de l’entreprise pour le long terme.

Des prix ​​de l’immobilier 30 % plus élevés qu’en 2008

Depuis le début de la crise financière, d’énormes sommes d’argent ont été injectées dans le secteur immobilier aux Pays-Bas. Quiconque veut acheter aujourd’hui une maison dans la capitale néerlandaise, Amsterdam, devra payer 30 % de plus qu’en 2008. L’écart entre Amsterdam et le reste des Pays-Bas s’est également creusé : une maison moyenne d’Amsterdam coûte 60 % de plus qu’un logement similaire ailleurs Les pays-bas . Il y a dix ans, ce pourcentage était inférieur à 20 %.

Tags
Show More
Close
Close