Politique

Qui sont les candidats au poste de Premier ministre?

Un groupe de candidats a posé sa candidature pour pouvoir s’installer au 16, Rue de la Loi, au cabinet du Premier ministre belge. Qui est candidat au poste de Premier ministre et pourquoi ? Et qui en est la plus grande victime ?

Pour la N-VA : Jan Jambon

© twitter @ jan jambon
  • Pourquoi est-il candidat ?  La N-VA voulait absolument entrer dans la course en tant que «parti responsable», le parti des gouverneurs. La sortie du gouvernement Michel I ne leur a pas été bénéfique à cet égard, alors avoir un candidat Premier ministre s’est avéré très utile. Immédiatement, ils ont également parlé d’un «vice de construction» qui ne se produirait plus si Jambon devenait Premier ministre.
  • Y a-t-il une chance qu’il devienne Premier ministre ?  Pas si énorme. Parce que la N-VA a du mal avec les autres, surtout les partis francophones. Parce qu’ils devront alors payer un «prix» et qu’ils veulent aussi et surtout un gouvernement plus à droite que Michel I.
  • Qui serait la plus grande victime ?  Jan Jambon lui-même. Il voulait sutout devenir le Premier ministre flamand. Mais Bart De Wever (N-VA) est maintenant candidat à ce poste.

Pour MR : Charles Michel

© twitter @charles michel
  • Pourquoi est-il candidat?  Il y est depuis cinq ans, et un Premier ministre sortant est logiquement candidat à sa succession. Il aime aussi son travail. Même s’il se voyait confier un poste de haut niveau européen après le 26 mai, ce qui n’est pas une opportunité inexistante, il devrait quand même obtenir de bons résultats lors des élections.
  • Y a-t-il une chance qu’il devienne Premier ministre ?  Ne l’éliminez jamais. Un Premier ministre en exercice a une longueur d’avance, car il est déjà installé au Seize. Mais le MR doit plus ou moins sauver les meubles, ce qui n’est pas immédiatement visible dans les sondages aujourd’hui.
  • Qui serait la plus grande victime ?  Didier Reynders est dans l’ombre de son ancien rival Michel depuis 5 ans maintenant. Même dans la mesure où il est prêt à accepter un poste de président du Conseil de l’Europe. Mais si Charles Michel est éliminé par les urnes, le «bon vieux» Didier Reynders serait bien sûr prêt à nouveau.

Pour le PS : Elio Di Rupo

© twitter @ loup hélium
  • Pourquoi est-il candidat ?  Il l’a déjà été une fois, et il veut sa revanche. Du moins, c’est ce qu’on chuchote Rue de la Loi. Le PS ne sait pas qui sera son « Premier ministre », parce que  Paul Magnette (PS) a aussi des ambitions. D’autre part, Elio Di Rupo pourrait-il rater un jour l’occasion de s’installer aux Seize ? Personne ne le croit.
  • Y a-t-il une chance qu’il devienne Premier ministre ?  La probabilité n’est certainement pas inexistante. Si les socialistes redeviennent la plus grande famille politique et selon les derniers sondages, cela pourrait être le cas, alors le poste reviendrait au PS. Et plus que probablement à Elio.
  • Qui serait la plus grande victime ?  La rivalité déjà légendaire avec Paul Magnette ne fera qu’augmenter si Di Rupo revient au Seize. D’autres victimes d’une telle coalition sont désormais également connues : tous les partis flamands participant à un gouvernement fédéral. Parce qu’ils devront porter l’image de Di Rupo en tant que Premier ministre en Flandre.

Pour l’Open Vld : Gwendolyn Rutten

© twitter @ Gwendolyn Rutten
  • Pourquoi est-elle candidate ?  Rutten a vu la lumière. Après des semaines de « non » et de « pas de candidats au poste de Premier ministre », elle a soudainement répondu : « Si la balle est dans notre camp, je serais heureuse de le faire. » De même, soudainement, l’argument « qu’une femme puisse enfin devenir Premier ministre », s’est imposé, même si cela n’a jamais été important dans les semaines précédentes. Mais il s’agitil s’agit d’intégrer davantage Open Vld dans la campagne, de « jouer avec ».
  • Y a-t-il une chance qu’elle devienne Premier ministre?  Très petite. La chance qu’Open Vld devienne le parti le plus important de la famille libérale et que la famille libérale termine devant les socialistes ou les verts est toujours très faible. De plus, Open Vld doit alors commettre une sorte de «fratricide» en poussant Charles Michel (MR) hors du Seize.
  • Qui serait la plus grande victime ?  Il est certain qu’il y a eu beaucoup de discussions internes à Open Vld, et que l’actuel vice-premier ministre Alexander De Croo aurait aussi aimé être le  » candidat Premier ministre  » de Open Vld. La présidente Rutten règle maintenant ce débat, avec sa propre candidature. Cela signifie-t-il aussi que Rutten rejoindra bientôt le gouvernement fédéral plutôt que le gouvernement flamand ? Pour l’instant, cela signifie que nous devrons attendre un peu plus longtemps jusqu’à ce que les négociations commencent après le 26 mai.

Pour CD & V : Wouter Beke

© twitter @ wouter beke
  • Pourquoi est-il candidat ?  Le CD & V ne veut pas entrer dans la « logique » de la N-VA, mais simplement proposer un candidat au poste de Premier ministre. Du moins, c’était vrai, jusqu’à ce que Gwendolyn Rutten s’engage elle aussi dans la course. Le problème, c’est que chez CD & V, on ne devrait pas savoir d’avance  en interne qui devrait être candidat au poste de Premier ministre fédéral. Hilde Crevits est clairement leur « chef » flamand, mais le casse-tête est moins clair au niveau fédéral.
  • Y a-t-il une chance qu’il devienne Premier ministre ?  En principe, elle n’est pas grande : les chrétiens-démocrates ne sont tout simplement pas la famille la plus forte, le CDH obtient de piètres résultats en Belgique francophone et, par conséquent, CD&V et cdH ensemble n’obtiendront probablement pas le plus de sièges à la Chambre. Mais une autre logique peut jouer : ce doit être à nouveau un Premier ministre flamand. Certes, dans une coalition de gauche, avec des socialistes, des verts et des démocrates chrétiens, on pourrait symboliquement laisser le poste de Premier ministre au plus grand parti flamand : CD & V. Ce scénario est, soit dit en passant, exactement celui qui a été décrit par John Crombez (sp.a), lequel se voiyait devenir Premier ministre
  • Qui serait la plus grande victime ?  Kris Peeters (CD & V) , qui était très proche du Seize en 2014, a déjà été sacrifié par son parti et poussé en Europe. Mais si Beke devient Premier ministre, les plus grandes victimes seront Koen Geens et Pieter De Crem, qui sont aujourd’hui les figures les plus importantes du CD & V sur la scène fédérale. « Nous avons trois ou quatre bons candidats », a déclaré Geens lorsque lorsqu’on lui a demandé si le CD&V avait des gens qui avaient l’étoffe d’un Premier ministre. Mais bien sûr, il y aura deux ou trois « victimes » lorsque le CD&V livrera son Premier ministre.

Pour les Verts : Kristof Calvo

© twitter @calvo
  • Pourquoi est-il candidat ?  Chez les Verts, le secret bien gardé est précisément l’identité de leur Premier ministre, si toutefois ils ont la possibilité de fournir le premier ministre dans un avenir proche. La présidente Meyrem Almaci ne s’exclut pas ellemême, mais Calvo non plus. Le président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, dit seulement à propos de lui-même qu’il ne le fera certainement pas. Mais sa coprésidente, Zakia Khatabbi, est candidate.
  • Y a-t-il une chance qu’il devienne Premier ministre ?  Elle n’est certainement pas inexistante. Parce que les Verts sont très proches de la famille numéro un à la Chambre dans beaucoup de sondages. Si tel est le cas, il serait logique que le premier ministre soit vert. Mais « Groen » ou « vert »? Cela dépend de celui qui aura le plus de sièges : Groen ou Ecolo.
  • Qui serait la plus grande victime ?  Pour le moment, on ne sait toujours pas qui les verts veulent en tant que Premier ministre, et il peut donc y avoir peu de victimes en interne. Mais s’il en est ainsi, le choix sera difficile : il y a toujours un champ de tension naturel entre un premier ministre et un président de parti, et c’est certainement le cas lorsque les deux personnalités sont puissantes au plan interne.
Tags
Show More
Close
Close