Politique

La confusion concernant l’utilisation de caméras de surveillance chinoises aux États-Unis est totale

Il y a plus de 2 000 caméras de surveillance fabriquées en Chine installées dans les bâtiments du gouvernement américain. C’est la conclusion d’une étude de la société de sécurité informatique Forescout, commandée par le ministère américain de la Défense. Les caméras ont été produites par Hikvision et Dahua.

La probabilité que le nombre de caméras soit beaucoup plus élevé n’est pas faible, car Forescout n’a pas signé de contrats avec la totalité des services gouvernementaux. Un autre problème est que de nombreux ministères ne font pas l’inventaire de ce qui est utilisé dans leurs installations.

L’interdiction de commander des caméras à Hikvision, Dahua, Hytera et Huawei entre en vigueur ce mois-ci. Il s’agit d’une conséquence du National Defense Authorization Act 2019, une loi qui a été adoptée l’année dernièreElle vise à empêcher des tiers de pirater ou d’utiliser à mauvais escient du matériel fabriqué en Chine. C’est surtout la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine qui a accéléré et étendu la réglementation.

Le mois dernier, une enquête du Financial Times a montré que plusieurs bases de l’armée américaine utilisent du matériel Hikvison. Les forces de police américaines utilisent également des caméras de surveillance chinoises. Même après l’annonce de l’interdiction par le gouvernement, certains ont continué à acheter du matériel chinois.

Hikvision est détenue à 42 % par le gouvernement chinois. La société a développé ses premières caméras en 2010, mais a connu une progression remarquable et en 2016, elle était déjà devenue le second plus grand fournisseur au monde.

En plus des caméras mentionnées plus haut, Forescout a également inventorié 6 831 appareils Huawei utilisés par les différents ministères. Nombre de ces appareils sont probablement des smartphones et des ordinateurs portables de visiteurs, qui ne se connectent que temporairement au réseau Wi-Fi de leur hôte. Selon Forescout, maintenir ces appareils hors du réseau n’est pas un problème. Contrairement aux caméras de surveillance.

La confusion est totale

Bien que l’interdiction d’achat d’équipements chinois entrera rapidement en vigueur, les entreprises et les ministères se plaignent de l’absence de directives claires. Le matériel existant [chinois] exitant doit-il être retiré ou l’interdiction s’applique-t-elle uniquement aux nouveaux achats ? Selon l’interprétation de la loi, les entreprises qui conservent de tels équipements ne peuvent plus faire affaire avec des ministères. Les dirigeants d’entreprises qui ont demandé des informations au gouvernement ont l’impression que là aussi la confusion est totale. Selon Forescout, des milliers de caméras de surveillance sont également utilisées dans l’industrie américaine et le commerce de détail.

Tags
Show More
Close
Close