Politique

« Trump ne sera pas sur les bulletins de vote du plus grand Etat américain »

Il est possible que le nom du président Trump n’apparaisse pas sur les bulletins de vote de l’Etat de Californie lors des élections présidentielles de novembre 2020. Le gouverneur démocrate de l’État, Gavin Newsom (photo), a signé mardi une loi stipulant que les candidats à la présidence doivent publier leurs déclarations de revenus des cinq dernières années.

La Californie n’est pas le seul État où une telle loi est en préparation. Selon le site de la Conférence nationale des assemblées législatives des États, 18 États ont adopté des lois « qui obligeraient les futurs candidats à la présidence à divulguer leur déclaration d’impôts s’ils souhaitent que leur nom figure sur les avis d’élection ».

Il s’agit des États suivants : Arizona, Californie, Connecticut, Hawaii, Illinois, Iowa, Kansas, Maryland, Minnesota, New Jersey, New Mexico, New York, Oregon, Pennsylvanie, Rhode Island, Tennessee, Vermont et Virginia.

Trump a toujours dit qu’il n’avait pas l’intention de divulguer sa déclaration de revenus. « Parce que cela irait à l’encontre de l’avis de ses avocats. » Selon lui, la déclaration fiscale de Trump fait constamment l’objet de vérifications et ne peut donc pas être rendu publique, a-t-il déclaré. (Nixon a publié sa déclaration de revenus au milieu d’une vérification.) Selon Trump, il n’y a rien dedans « dont on puisse en apprendre quelque chose ».

La loi n’aura que peu d’effet ; Trump n’a pratiquement aucun espoir dans le ‘Golden State’

La loi qui a été approuvée en Californie aura peu d’effet. Les candidats ont jusqu’à 98 jours avant les primaires pour soumettre leur déclaration de revenus. Tous les candidats du parti démocrate l’ont déjà fait. Mais la chance que Trump le fasse est nulle. Son GOP n’est même plus le deuxième plus grand mouvement politique de l’Etat. Il doit maintenant céder sa seconde place au groupe d’électeurs étiquetés comme indépendants.

Puisque ce n’est pas le nombre de votes, mais le nombre d’électeurs qu’un candidat recueille qui est décisif, peu importe que Trump soit sur le bulletin de vote dans cet état ou non. La chance qu’il obtienne que les 55 électeurs de Californie le suivent est pratiquement inexistante. En 2016, dans le Golden State, Hillary Clinton avait remporté 61 % des voix, Trump 31 %.

L’ancien gouverneur a refusé de signer cette loi

En 2017, l’ancien gouverneur Jerry Brown avait refusé de signer une loi similaire. Selon lui, cela ouvrait la porte à encore plus de bureaucratie, les candidats devant bientôt présenter leur acte de naissance et d’autres documents afin de voir leur nom sur les bulletins de vote.

Mais selon Newsom, « la quatrième économie du monde et le lieu où vit un Américain sur neuf se doit de demander cette information ».

Selon l’un des porte-parole de Trump, la mesure est inconstitutionnelle. Même dans les millieux de gauche, les faiseurs d’opinion qualifient également cette mesure de « honteuse« . Tout indique que l’affaire se terminera devant la Cour suprême des États-Unis.

Les chances qu’un certain nombre d’autres États démocrates suivent l’exemple de la Californie ne sont pas négligeables. Au contraire, elles sont grandes. Les États républicains (Arizona, Kansas, Tennessee,… ) pourront probablement encore bloqer ces les propositions. Mais beaucoup pensent qu’il est probable que dans les Etats bleus – où il n’a pratiquement aucun espoir – Trump préférerait ne pas participer aux élections. Plutôt que d’avoir à rendre publique sa déclaration de revenus.

Tags
Show More
Close
Close