Economie

Ça y est ! Les 100 premiers robots licenciés

Au Japon, plus de 100 des 243 robots actifs dans la chaîne locale «Henn na Hotel» ont été mis à la porte. La raison? Ils donnaient plus de travail qu’ils n’en faisaient eux-mêmes.

Les robots étaient déployés à la réception, en tant que concierge, groom et assistant de bar. Lorsque les clients entraient dans l’hôtel, les robots les invitaient également à danser.

À l’origine, les robots étaient utilisés pour compenser la pénurie de personnel. Mais comme les robots étaient techniquement dysfonctionnels, les employés en chair et en os n’avaient guère d’autre choix que de faire des heures supplémentaires.

Les problèmes causés par les robots rappellent surtout l’état primitif dans lequel se trouve encore souvent la robotique. L’une des rares exceptions à cette règle est souvent l’assistant numérique à commande vocale.

« Désolé, je n’ai pas compris, pouvez-vous répéter ça ? » 

Hideo Sawada, président de la chaîne hôtelière, a déclaré dans le Wall Street Journal que ce n’est qu’une fois que vous allumez vos robots que vous réaliserez qu’ils sont inutiles ou qu’ils ne font que gêner.

Une anecdote dans le même journal l’illustre très clairement : un client qui dormait dans l’un des hôtels de la chaîne dans l’ouest du Japon était réveillé toutes les quelques minutes par un robot / assistant numérique qui lui répétait sans cesse: « Désolé, Je n’ai pas compris ça. Pouvez-vous répéter ? « Ce n’est que vers six heures du matin que le client a compris le problème. Comme il ronflait parfois très fort, le robot pensait qu’on lui avait posé une question. »

Le paradoxe de Moravec

Le fait que les robots échouent souvent à accomplir des actions humaines est un problème que les experts en intelligence artificielle (IA) appellent le paradoxe de Moravec. Hans Moravec est chercheur dans le domaine de l’intelligence artificielle. En 1988, il avait déjà compris que le raisonnement abstrait nécessitait relativement peu de puissance de calcul de la part des ordinateurs, alors qu’i fallait une puissance de calcul extrêmement importante pour les capacités motrices et sensorielles.

« Les humains sont sérieusement sous-estimés »

L’été dernier, Elon Musk, le patron de Tesla, s’était plaint des problèmes de production dans son usine. Ceux-ci étaient sans aucun doute le résultat de la dépendance excessive de Tesla à l’égard des robots. « Oui, l’automatisation excessive chez Tesla a été une erreur. Pour être précis, mon erreur. Les humains sont sous-estimés », avait-il écrit dans un tweet. Les robots ont beaucoup de difficultés avec les aspects physiques des tâches ordinaires. 

En d’autres termes : un ordinateur peut facilement battre le champion du monde du jeu de société Go ou déterminer où le pétrole se trouve sous le sol. Mais ne lui demandez pas de réaliser une opération simple, comme retirer une bouteille de bière du réfrigérateur, retirer un verre du placard et verser la bière dans le verre.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close