EconomiePolitique

Pourquoi Budapest et la Lituanie ont été coupées en deux

Le 1er janvier 2018, la région de Hongrie centrale a été divisée en deux nouvelles régions : la région de la ville de Budapest et la région de Pest tout autour. Mais pour quoi faire ? Ce n’est pas tout de suite évident, mais l’objectif de cette division était d’augmenter le montant des subventions reçues par l’Union Européenne. Explications.

L’Union européenne alloue un tiers de son budget total, soit environ 50 milliards d’euros par an, au développement des régions moins développées économiquement sur son territoire. C’est ce qu’on appelle la « politique de cohésion », une politique de subventions qui vise à limiter les disparités entre les pays et les régions, en aidant les régions moins développées économiquement à rattraper les régions plus développées.

Un classement en fonction du développement économique

Pour l’application de cette politique, ce ne sont pas les pays qui sont considérés mais les régions, en tout cas au sens européen ou NUTS (Nomenclature des unités territoriales statistiques) de niveau 2. Au total, on compte 281 régions au sein des 28 États membres.

Les régions sont classées selon leur niveau de développement économique : les régions « plus développées » au PIB par habitant supérieur à 90 % de la moyenne européenne, les « intermédiaires » qui se situent à 75-90 % de la moyenne européenne, et les « moins développées » qui ont un revenu inférieur à 75 % de la moyenne européenne.

Les régions moins développées reçoivent plus de fonds de cohésion, qui servent à financer des projets très divers : infrastructures de transport, écoles, hôpitaux, aide aux petites entreprises, projets environnementaux, formation, éducation…

Mais quand les régions voient leur situation économique s’améliorer, elles ne répondent alors plus aux critères pour obtenir autant de subventions – et c’est là qu’un remaniement créatif des frontières régionales peut aider, en divisant par exemple une région en deux : une partie avec un PIB plus élevé et l’autre avec un PIB inférieur. Ainsi, la partie la moins développée économiquement continuera de recevoir les fonds régionaux européens.

Budapest et Vilnius : même cause, même effet

C’est ce qui s’est passé en Hongrie. La capitale, Budapest, tirait toute la région environnante vers le haut, hors de la catégorie « moins développée », ce qui fait que la région dans son ensemble ne remplissait plus les conditions pour avoir droit au maximum de financement de l’U.E. Alors, la Hongrie a proposé de couper la région de Hongrie centrale pour former deux régions distinctes : une région avec la capitale développée Budapest et la région autour, moins développée, de Pest.

Une situation similaire s’est produite en Lituanie, qui n’était auparavant constituée que d’une seule région. En 2016, son PIB était exactement 75 % de la moyenne européenne. Là aussi, la capitale Vilnius tirait le PIB du pays entier vers le haut, donc le gouvernement lituanien a divisé le pays en deux régions européennes, séparant la capitale plus riche du reste du pays, afin de continuer à recevoir subventions.

L’UE veut changer ses critères d’attribution

Mais la création de nouvelles régions a un coût, car les États membres doivent rendre compte d’un grand nombre de données statistiques pour chacune de leurs régions, des données sur les PIB, mais aussi des statistiques sur la démographie, l’emploi, l’éducation et la pauvreté. C’est un gros investissement.

D’un côté, cette division et création de régions entraîne moins de cohésion, mais elle permet aussi aux subventions d’être distribuées là où le besoin est plus grand. Chaque cycle de financement dure 7 ans, et nous arrivons à la fin du cycle actuel 2014-2020 : les règles pour la prochaine période 2021-2027 sont en cours de discussion.

Une proposition envisagée vise à intégrer d’autres facteurs que le PIB par habitant pour déterminer l’éligibilité des régions au financement européen, par exemple des facteurs concernant l’éducation, le chômage des jeunes, les politiques de migration et de lutte contre le réchauffement climatique.

Tags
Show More
Close
Close