Politique

Le Brexit : Arrivez-vous encore à suivre?

La Première ministre britannique Theresa May a convenu avec le président de l’UE, Jean-Claude Juncker, d’un amendement de son accord sur le Brexit. Avec ce nouvel accord, elle espère que ses plans pour le Brexit seront validés lorsqu’ils seront soumis au vote du Parlement aujourd’hui. Mais la question est de savoir si c’est suffisant. Un adversaire de premier plan l’a déjà qualifié de « rouge à lèvres sur un cochon ».

L’Union européenne offre au Royaume-Uni des « garanties juridiquement contraignantes » de l’autre côté de la frontière irlandaise dans l’accord sur le Brexit. L’UE et le gouvernement britannique sont parvenus à un accord sur le prétendu « backstop ». Il s’agit d’un filet de sécurité destiné à garantir que la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande restera ouverte lorsque le Royaume-Uni quittera l’UE.

L’Union européenne offre à May la garantie que l’UE ne pourra pas se rabattre indéfiniment sur le filet de sécurité. Si l’UE le faisait, le Royaume-Uni pourrait contester cela par voie d’arbitrage. Et s’il obteint gain de cause, le filet de sécurité pourrait être suspendu.

En janvier, le Parlement britannique a rejeté l’accord que la Première ministre May avait conclu avec l’UE. Les députés britanniques craignaient que le filet de sécurité ne devienne une mesure permanente. Cela aurait obligé les Britanniques à demeurer dans une union douanière avec l’UE pendant des années, en raison de l’ouverture des frontières avec l’Irlande.

Deux déclarations sont maintenant ajoutées à l’accord qui existait déjà.La première est commune. La seconde est une déclaration du gouvernement britannique selon laquelle les Britanniques se réservent le droit de prendre des mesures unilatérales pour éviter que les Britanniques ne soient emprisonnés dans une union douanière.

Une seconde chance … mais pas de troisième

Aujourd’hui, le Parlement britannique se prononcera à nouveau sur l’accord sur le Brexit. Lors de la conférence de presse conjointe avec le président de la Commission européenne, M. Juncker, la Première ministre May a déclaré qu’elle avait tout mis en œuvre dans les négociations et qu’il n’y avait plus rien à en tirer. Juncker, pour sa part, a assuré qu’il s’agissait du meilleur résultat possible. «Nous donnons une seconde chance à l’accord. Mais il n’y aura pas de troisième chance. Il n’y aura pas de nouvelles négociations. C’est ça. »

La question est de savoir si ces nouveaux accords seront suffisants pour convaincre le Parlement britannique de voter en faveur du plan de May. Selon May, ces déclarations répondent aux objections du parlement, mais le chef de l’opposition, Jeremy Corbyn, du parti travailliste, estime que May a échoué dans les négociations et qu’elle n’a pas réussi à apporter les changements promis au parlement.

Du rouge à lèvres sur un cochon

Mike Penning, un membre du parti de May et défenseur du Brexit, dit qu’il est maintenant convaincu et qu’il votera en faveur de l’accord ce soir. De nombreux autres parlementaires conservateurs ne veulent pas encore répondre et veulent d’abord étudier le nouvel accord. La plupart réagissent avec scepticisme. L’un d’entre eux, Stev Baker, a déjà qualifié l’amendement de « rouge à lèvres sur un cochon ».

Si May ne réussit pas pour la seconde fois à vendre son accord aujourd’hui, elle a promis qu’il y aurait un vote le lendemain sur une sortie de l’UE sans accord (« no-deal Brexit »). Si le parlement ne veut pas d’un « no deal-brexit, un autre vote aura lieu le lendemain, sur le report du brexit.

Tags
Show More
Close
Close