Brexit : l’UE réclame désormais 100 milliards d’euros aux Britanniques

Selon des estimations du Financial Times, l’Union européenne s’apprête à exiger de la Grande-Bretagne une compensation pour le Brexit d’environ 100 milliards d’euros. Ce montant est nettement supérieur à la somme de 60 milliards d’euros, mise en avant jusqu’ici par Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Plusieurs Etats membres de l’UE ont demandé un nouveau calcul de ce montant. La France et l’Allemagne ont formulé des exigences plus strictes sur ce plan.Cependant, la Grande-Bretagne a indiqué qu’elle n’accepterait en aucun cas de payer 100 milliards d’euros.

Statuts

Selon ce nouveau calcul, le Royaume-Uni devrait payer notamment des dédommagements supplémentaires pour le secteur agricole et des frais administratifs. Etant donné ces exigences plus importantes, un Brexit en douceur, permettant la poursuite de relations réelles entre la Grande-Bretagne et l’Union malgré cette séparation, devient, selon certains observateurs, de moins en moins vraisemblable.Theresa May, premier Ministre du Royaume-Uni, estime que son pays ne doit payer aucune compensation pour le Brexit. Elle fait à ce propos référence aux statuts de l’Union européenne. David Davis, ministre britannique en charge du Brexit, a annoncé qu’il examinerait dans le détail les droits et devoirs de son pays à ce sujet.La France et la Pologne exigeraient que la Grande-Bretagne paie des compensations en matière agricole, alors que l’Allemagne s’érigerait contre un transfert d’actifs  européens  tels qu’un certain nombre d’immeubles. La Grèce aurait de son côté exigé que la Grande-Bretagne respecte ses engagements en matière d’accueil des réfugiés.Michel Barnier, négociateur pour l’Union européenne dans le dossier du Brexit, souligne qu’aucun montant n’a encore été fixé, mais indique cependant que la Grande-Bretagne va devoir approuver une méthodologie avant que des discussions sur un accord commercial puissent démarrer.Les remboursements ultérieurs du compte britannique, selon le Financial Times s’élèvent finalement à entre 55 milliards d’euros et 75 milliards d’euros.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close