Economie

Le Brésil a déjà privatisé 20 milliards de dollars d’actifs publics

Depuis l’arrivée au pouvoir du populiste d’extrême droite Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil au début de cette année, le gouvernement du pays a déjà privatisé 20 milliards de dollars d’actifs et d’investissements. C’est ce qu’a annoncé Salim Mattar, ministre brésilien de la Privatisation et du Désinvestissement. Selon Mattar, le plan de privatisation du gouvernement brésilien se déroule comme prévu.

« Nous voulons vendre nos actifs pour réduire la taille de l’Etat et l’ampleur de la dette », a expliqué le ministre. « Notre Etat est riche, mais sa population est pauvre. Dans le passé, l’État brésilien a utilisé ses citoyens. Mais désormais, c’est au tour de l’Etat de se mettre au service des citoyens. »

« Privatiser tout ce qui peut l’être »

Depuis que Jair Bolsonaro est arrivé au pouvoir au Brésil, il a vendu 12,3 milliards de dollars de participations de l’Etat brésilien dans la compagnie pétrolière Petrobras. Cela incluait entre autres une raffinerie au Texas et un réseau de stations-service au Paraguay, ainsi qu’un portefeuille de participations dans des sociétés de transport et de distribution.

La vente d’actions d’une série d’autres sociétés a rapporté 4,9 milliards de dollars à l’État brésilien. En outre, les contrats de location d’aéroports, de chemins de fer et de ports lui ont également permis d’empocher 1,9 milliard de dollars.

Bolsonaro a remporté les élections sur un programme libéral, prévoyant de réduire la taille de l’Etat. « Au Brésil, les privatisations visent à lutter contre la corruption, de même qu’à créer des revenus et des emplois. Nous donnerons suite aux promesses faites pendant la campagne : retirer à l’Etat toutes les activités qui peuvent être administrées par une initiative privée ».

Des réformes structurelles souhaitables

Bolsonaro a également annoncé récemment son intention de privatiser la compagnie d’électricité Eletrobras. Il ss’agit du plus grand producteur d’électricité en Amérique latine. Sa revente pourrait rapporter près de 5 milliards de dollars.

L’an dernier, la dette publique du Brésil représentait 88 % du produit intérieur brut. En juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué que le pays devait procéder à des réformes structurelles de grande ampleur afin de réaliser son potentiel de croissance.

L’Institution a proposé un ensemble de mesures comprenant la privatisation, des réformes fiscales et la libéralisation des lois commerciales.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close