LifestyleScience

Immortel : aurons-nous bientôt 1000 ans?

La vie éternelle est un rêve que les gens poursuivent depuis longtemps. Gagner le combat contre la mort est devenu une fascination pour un groupe de scientifiques et de magnats de la technologie. En outre, ils sont optimistes et croient que les personnes qui vivent aujourd’hui pourront déjà bénéficier des avantages du biohacking. Nous atteindrons peut-être deux fois l’équivalent de l’espérance de vie actuelle. Ou même 1000 ans, qui sait ! Mais pouvons-nous et voulons-nous nous débarrasser de notre mortalité ?

Y a-t-il quelque chose que la technologie ne peut pas résoudre aujourd’hui ? Oui, nous pensons immédiatement à la fin inévitable de nos vies : la mort. On peut peut-être la retarder, mais nous n’y échapperons pas. Et pourtant, certains scientifiques n’acceptent pas cela. Le biohacking est devenu très populaire à la Silicon Valley . Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est l’idée que la technologie peut vraiment influencer tous les aspects de nos vies. Il en va donc de même pour l’espérance de vie humaine.

Bien sûr, il y a eu des scientifiques auto-proclamés qui croyaient avoir trouvé la clé de la vie éternelle. La société les a vite qualifiés de charlatans, car il n’ya aucune pilule contre la mort. Pourtant, il y a aujourd’hui de plus en plus de transhumanistes convaincus qu’avec le temps, avec l’aide de la biotechnologie, l’humanité évoluera et que le vieillissement, tout comme une maladie, sera guérissable.

Jeanne Calment sourit à la caméra avec les yeux presque fermés.
Jeanne Calment est encore officiellement la doyenne de l’humanité. Elle a vécu plus de 122 ans.

Mille ans

Cela pourrait même se produire rapidement, car nous pouvons immédiatement gagner de nombreuses années en adaptant nos gènes et en progressant dans les domaines de la nanotechnologie et de la robotique. Certains futurologues pensent que la génération actuelle de chercheurs pourra doubler l’espérance de vie grâce au biohacking. Cela voudrait dire qu’il y a des gens déjà nés aujourd’hui qui vivront jusqu’à 150 ou 160 ans.

Aubrey de Grey, chercheur en médecine régénérative soutenue par le magnat de la technologie Peter Thiel, va encore plus loin. Selon lui, il y a même quelqu’un qui vit aujourd’hui et qui atteindra l’âge de 1000 ans. Et il n’est pas le seul à penser que c’est possible. Le médecin et investisseur coréen Joon Yun a lancé deux prix dotés d’une récompense de 500 000 dollars pour ceux qui peuvent rétablir le rythme cardiaque juvénile d’un animal de laboratoire et ainsi prolonger son espérance de vie de 50 %.

Yun soutient que le taux de mortalité chez les personnes âgées de 20 ans est d’environ 0,001 et que nous devrions donc essayer de maintenir la capacité homéostatique de cet âge tout au long de notre vie. Dans ce cas, selon ses calculs, l’espérance de vie moyenne serait de 1 000 ans.

Comment le biohacking peut-il atteindre cet objectif?

C’est la question à un million de dollars pour les scientifiques, mais à la Harvard Medical School, ils croient savoir par où commencer. En vieillissant, les gens développent moins de vaisseaux sanguins dans leurs muscles. Cela provoquerait une dégradation lente de nos organes vitaux au cours du processus de vieillissement. Ils ont découvert le même schéma chez la souris. En 2018, les chercheurs de Harvard ont appliqué un produit chimique à des souris pour manipuler le gène associé à la croissance des vaisseaux sanguins. Les souris les plus âgées pourraient continuer à marcher 56 % plus longtemps dans une roue.

Alors qu’ils poursuivent leurs recherches, les biohackers sont particulièrement intéressés par les « nootropes », les médicaments intelligents, les acides aminés et d’autres suppléments qui semblent stimuler notre pensée et empêcher le vieillissement de notre cerveau. D’ici 2024, le marché de ces stimulateurs auto-proclamés pourrait atteindre plus de 11 milliards de dollars.

Silicon Valley

Dave Asprey, l’inventeur du Bulletproof Coffee, est un des principaux acteurs du biohacking. Ce bulletproof Coffee est une tasse de café très riche en calories qui devrait remplacer le petit-déjeuner. Il vient d’avoir 45 ans et il est convaincu qu’il vivra au moins 180 ans. L’année dernière, un médecin a prélevé des cellules souches dans la moelle osseuse d’Asprey, puis les a injectées dans des organes et des articulations. Il le fait maintenant deux fois par an, car il pense doter son corps de nouvelles cellules de cette façon.

Asprey prend 100 suppléments par jour et a équipé sa maison de toutes sortes de gadgets, tels qu’une chambre à oxygène hyperbare et une plate-forme qui vibre trente fois par seconde pour stimuler ses muscles. Mais ce n’est rien comparé à l’argent que d’autres jettent à Silicon Valley.

Le cofondateur d’Oracle, Larry Ellison, les fondateurs de Google ainsi que Mark Zuckerberg investissent tous dans des moyens permettant de prolonger l’espérance de vie. Elon Musk, le CEO de Tesla, a fondé la société Neuralink, avec laquelle il souhaite développer des implants numériques pour notre cerveau. Musk est terrifié par l’intelligence artificielle et pense que l’IA vaincra un jour l’humanité si nous ne parvenons pas à améliorer les capacités de notre cerveau à penser.

Elon Musk est assis sur un siège lors d
Elon Musk a peur du potentiel de l’intelligence artificielle et investit donc dans la recherche pour améliorer sa capacité de réflexion. (Getty)

Biohacking est en croissance

Des dizaines de milliers de personnes sont déjà actives dans le biohacking. Cela va des entrepreneurs aux scientifiques amateurs qui effectuent des recherches dans leur sous-sol. Aux États-Unis, ils se rencontrent chaque année lors d’un salon à Austin. Certains biohackers expérimentent même CRISPR, une technologie permettant de manipuler des gènes. Des vidéos circulent dans lesquelles ils s’injectent des remèdes maison dans leur corps.

Ils sont aussi le plus gros problème pour le biohacking, explique Aubrey de Grey. En 2016, il est apparu que 69 % des Américains s’opposaient à l’utilisation de puces cérébrales pour améliorer leurs capacités de réflexion. Et 63 % étaient opposés à l’administration de sang synthétique pour augmenter le niveau d’oxygène, rendant ainsi les gens plus forts et plus rapides. Le sondage montre en particulier que de nombreuses personnes doutent que ces outils technologiques soient utilisés de manière responsable et en toute sécurité.

Les cyborgs

Les chercheurs les plus fanatiques intègrent littéralement la technologie dans leur corps . On les appelle Grinders, un terme dérivé d’une bande dessinée dystopique. Ils installent du matériel dans leur corps pour développer une sorte de super pouvoir. Rich Lee est un quadragénaire de l’Utah qui fabrique des meubles. Il a une puce dans son avant-bras pour contrôler la température corporelle, des aimants dans les doigts qui ouvrent les portières de sa voiture et des écouteurs qui sont implantés en permanence dans ses oreilles.

Le mouvement Grinder a vu le jour en 1998 lorsque le professeur Kevin Warwick a placé dans son bras un dispositif d’identification des radiofréquences, une RFID. Cela lui perméttait d’allumer ou d’éteindre l’éclairage du campus en un clin d’œil. Ces dernières années, en Suède, des milliers de personnes se sont fait implanter une RFID de la taille d’un grain de riz dans leurs mains. Cela leur coûte environ 180 dollars, et ce dispositif peut remplacer les clés de voiture, les mots de passe et les billets électroniques.

Une telle RFID peut aussi avoir un avenir dans le biohacking. C’est pourquoi des variantes capables de maîtriser la pression artérielle, le rythme cardiaque, le taux de sucre et d’autres paramètres vitaux sont actuellement en cours de développement.

Et la science ?

Bien entendu, de nombreux scientifiques s’opposent également à l’idée de renverser le processus de vieillissement ou d’allonger l’espérance de vie. Le professeur Richard Millar, de l’Université du Michigan, a rédigé un article signé par 28 experts vieillissants. Il a déclaré que l’espérance de vie des Grey est si irréaliste que la théorie ne mérite aucun respect des milieux scientifiques.

Millar soutient que les personnes les plus âgées ont vécu jusqu’à 120 ans et que personne n’a atteint cet âge au cours des dernières décennies, malgré l’amélioration considérable des soins de santé. De nombreux experts estiment que l’espérance de vie actuelle est à peu près le plafond biologique de l’homme.

Une vieille femme en fauteuil roulant parle à quatre vieilles femmes assises sur un canapé.
Pouvons-nous et voulons-nous gagner la lutte contre le vieillissement? (Pexels)

Voulons-nous vieillir ?

Les Biohackers affirment qu’ils ne font qu’accélérer l’évolution. Pourtant, l’enjeu est plus important, surtout sur le plan éthique. Le politologue Francis Fukuyama considère les transhumanismes comme l’une des plus grandes menaces pour l’humanité. Non seulement parce que les traitements sont incertains et dangereux, mais aussi à cause de ce qui pourrait arriver s’ils réussissaient à allonger considérablement l’espérance de vie.

Dans l’histoire, des groupes ont souvent prétendu être supérieurs aux autres peuples et races. Cela n’était bien sûr pas scientifiquement prouvé à l’époque. Mais imaginons que, grâce au biohacking, les personnes riches et aisées puissent vieillir deux fois plus que les autres… Elles seraient alors bien supérieures au reste de la population. Ou, comme le souligne l’éthicien britannique en technologies Blay Whitby : « Nous devons réfléchir aux conséquences avant qu’il ne soit trop tard. »

Tags
Show More
Close
Close