PolitiqueTech

Big Tech : les hommes de main de l’autoritarisme

Le nom de Carole Cadwalladr ne vous dit peut-être rien. Elle est pourtant la première journaliste britannique à avoir révélé le scandale Cambridge Analytica. Lundi, elle était invitée à une conférence TED à Vancouver, au Canada. Là-bas, elle a qualifié « les médias sociaux de menace pour la démocratie« .

Selon Cadwalladr, Facebook et les autres géants de la technologie sont en train de détruire la démocratie occidentale.

Selon la journaliste, le Brexit est « le canari dans la mine de charbon » (un révélateur de ce qui vient). C’est le Brexit qui indique ce à quoi la démocratie doit s’attendre à l’ère des médias sociaux.

Cadwalladr: « Nous sommes ce qu’il advient d’une démocratie occidentale lorsque 100 ans de lois électorales sont perturbées par la technologie. »

« Les dieux de la Silicon Valley sont coupables de subversion »

La Britannique n’a pas épargné ceux qu’elle appelle « les dieux de la Silicon Valley ». Elle a notamment cité le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, et sa COO, Sheryl Sandberg. Tout comme les cofondateurs de Google Larry Page et Sergey Brin, ainsi que le CEO de Twitter, Jack Dorsey. Cadwalladr les a qualifiés de « complices de subversion parce qu’ils ont répandu des mensonges pour lesquels ils étaient payés avec de l’argent illégal ».

Elle a appelé Facebook à fournir plus d’informations sur ce qui s’est passé lors du référendum sur le Brexit et l’élection présidentielle américaine. « C’est une scène de crime et vous avez des preuves », a-t-elle déclaré à Big Tech. « Dire que vous ferez mieux à l’avenir ne suffit pas. »

Elle a demandé aux dirigeants des entreprises de technologie s’ils souhaitaient entrer dans l’histoire comme « les hommes de main de l’autoritarisme qui est en hausse partout dans le monde ».

Elle a ensuite appelé le public à agir. « Ma question suivante est la suivante: » Est-ce ce que nous voulons ? « Leur permettre de s’en tirer pendant que nous jouons avec nos smartphones ? »

Cadwalladr n’est pas la première

Cadwalladr n’est certainement pas le première à critiquer Big Tech. En octobre, Scott Galloway avait déjà écrit sur le duo Zuckerberg-Sandberg sur Fox Business. Galloway est professeur de marketing à la Stern School of Business de l’Université de New York.

“Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, le duo à la tête du réseau social Facebook, entreront dans l’histoire comme l’une des équipes d’entreprise les plus dangereuses et les plus dommageables de tous les temps. Leur génie et leur apparence sympathique, associés à notre glorification des innovateurs, ont rendu nos adolescents dépressifs, faussé nos élections et détruit prématurément les grandes et les petites entreprises. »

Tags
Show More
Close
Close