EconomieTech

Le Big Data signe l’arrêt de mort de la publicité

Une fois que les algorithmes et le Big Data sauront mieux que nous ce qui est le mieux pour nous, le marché de la publicité s’effondrera. Parce qu’il sera devenu totalement inutile.

Nous vivons dans une économie de l’attention. Le but des plates-formes telles que Facebook, Instagram, YouTube, Google et autres Alibabas est de maintenir le public en permanence hypnotisé par un flot incessant de messages spectaculaires, flashy, bizarres, frappants, divertissants et accrocheurs d’une manière ou d’une autre [sous forme de vidéos et de photos].

Chaque instant de notre vie est stocké et partagé numériquement par le toucher d’un écran tactile, après quoi la lutte pour l’attention sur un marché mondial et hautement concurrentiel peut commencer.

« Les histoires ont surtout pour objectif de nous occuper, que cela nous rende plus sage ou non n’a qu’une importance secondaire », écrivait Rob Wijnberg, ancien rédacteur en chef de nrc.next, dans son livret extrêmement instructif et divertissant intitulé « De Nieuwsfabriek » .

Ce qui est important, cependant, c’est que nous passions le plus de temps possible sur ces plateformes. Pour que nous puissions être enterrés sous le plus d’annonces possible.

Pour ‘Big Tech’, la vente de publicités n’est rien de plus qu’une étape

Dire que la publicité n’est donc pas le but ultime de ces entreprises est une affirmation audacieuse. Google, Facebook et le chinois Alibaba détiennent ensemble 61 % du marché publicitaire mondial.

Une entreprise comme Google vit donc du marché publicitaire. En 2018, la société mère Alphabet a généré un chiffre d’affaires de plus de 110 milliards de dollars. Pas moins de 84 % d’entre eux provenaient directement de la vente de publicités, sur son propre site, ou sur d’autres.

Mais pour ces entreprises, vendre de la publicité n’est rien de plus qu’une étape. Leur véritable objectif est de retenir notre attention. Ainsi, elles peuvent collecter autant de données sur notre comportement jusqu’à ce qu’elles sachent mieux que nous ce qui est bon pour nous. La collecte de ces données conduira à un business model complètement différent. La première victime sera le secteur de la publicité lui-même.

Le philosophe-penseur israélien Yuval Noah Harari écrit dans son livre « 21 questions pour le 21e siècle » que « le nouveau modèle économique de Big Tech est basé sur le transfert de pouvoir des individus vers les algorithmes ». Ce pouvoir inclut également le choix et l’achat de produits et services.

Si l’algorithme de Big Data choisit pour nous, à quoi sert la publicité ?

«Une fois que les algorithmes choisiront et achèteront pour nous, l’industrie de la publicité traditionnelle disparaîtra. Prenez Google, par exemple. Google veut atteindre le point où nous pouvons poser n’importe quelle question et obtenir la meilleure réponse. Supposons que vous puissiez poser la question suivante à Google: «Eh, Google, sur la base de tout ce que vous savez sur les voitures et sur tout ce que vous savez sur moi (mes habitudes, mon opinion sur le changement climatique, mes exigences en matière de confort et même mon opinion sur la politique au Moyen-Orient), quelle est la meilleure voiture pour moi ?

Si Google peut nous donner la réponse à cette question, et si nous faisons confiance à Google, plutôt que de nous fier à nos propres sentiments inconstants et facilement manipulables, à quoi une publicité pour une voiture pourra-t-elle encore servir ? »

Tags
Show More
Close
Close