Politique

Beppe Grillo : « La démocratie sera remplacée, elle est dépassée »

« Nous devons réaliser que la démocratie est dépassée. Qu’est ce que la démocratie ? Moins de 50% des personnes se rendent aux urnes. Quand vous avez 30% sur 50%, vous n’avez que 15%. Ce sont des minorités, actuellement, qui contrôlent la démocratie. La démocratie sera remplacée. »

Cette déclaration est issue d’une interview de Beppe Grillo, le comique italien qui a fondé le parti politique Movimento Cinque Stelle (Mouvement Cinq étoiles, ou M5S) en 2009. Grillo a donné cette interview à Ian Bremmer, un politologue américain spécialiste de la politique étrangère (voir la vidéo YouTube ci-dessous).

Le M5S est un parti politique qui est parvenu à convaincre plus d’un tiers des électeurs italiens en moins de 10 ans. Récemment, il est entré au pouvoir en Italie dans le cadre d’une coalition avec la Ligue d’extrême droite de Matteo Salvini (à droite sur la photo ci-dessous, aux côtés du dirigeant du M5S, Luigi Di Maio). A ses début, le parti était dirigé par Grillo, mais ce dernier a transmis le flambeau en septembre dernier à l’actuel chef du parti et ministre du Travail et du développement économique mais aussi Vice-président du Conseil des ministres, Luigi di Maio. Cependant, Grillo continue de jouer un rôle de premier plan en coulisses, bien que Luigi Di Maio soit maintenant considéré par beaucoup comme le nouvel homme fort de l’Italie.

© Getty Images

Constituer le Parlement par tirage au sort

Selon Grillo, la démocratie pourrait potentiellement être remplacée par un système aléatoire, par tirage au sort: « Je pense que nous pourrions choisir un membre sur deux du Parlement au hasard, proportionnellement, selon l’âge, le revenu, la résidence au nord ou au sud, homme ou femme… afin que tout le monde soit bien représenté ».

Retour à la cité état

Selon Grillo, la montée du populisme est un phénomène mondial et il existe bien un dénominateur commun entre les différents mouvements populistes que l’on observe dans certains pays d’Europe.

« Aujourd’hui, la mondialisation économique signifie que les nations et les États ne comptent plus. De nos jours, près de 70 % des biens vendus en Italie sont distribués par des multinationales situées à 2 000 km. Aujourd’hui, avec un tweet envoyé de l’autre côté du monde, vous pouvez changer l’existence d’un pays en une fraction de seconde. Nous retournons donc dans les cités états [qui existaient en Italie  à la Renaissance, par exemple), et les les frontières et les nations sont vouées à disparaître. »

“M5S est un mouvement biodégradable”

« Je soutiens toujours les référendums, sur quelque sujet que ce soit. (…) La méthode la plus démocratique que je connaisse est d’avoir un référendum en ligne, depuis mon smartphone, sur tous les sujets. Il faut que cette technologie soit disponible », dit Grillo. « C’est l’essence même du M5S, apporter des outils, puis devenir biodégradable. (…) Quand les gens seront plus sensibilisés, et qu’ils auront les connaissances et la volonté de prendre des décisions pour eux-mêmes, le mouvement n’aura plus de raison d’être. »

© EPA

“Un plan B pour l’euro”

« Nous proposons un référendum sur l’euro. Laissons le peuple italien décider si nous devons rester dans l’euro, ou non. Pas dans l’UE, mais dans l’euro. Un référendum consultatif, pour ouvrir le débat pendant un an sur un plan B. Nous n’avons pas de plan B, pour assurer nos arrières, en cas de difficulté. Encore une fois, avec un seul tweet, on peut changer l’avenir d’un pays en une fraction de seconde. Il faut avoir un plan B pour notre devise. Je suis sûr que la France et l’Allemagne ont leur plan B. »

La machine à référendums ‘Rousseau’

Le mouvement de Grillo a introduit un “système d’exploitation où la démocratie part d’en bas”, baptisé  “Rousseau”, qui est en fait un site internet participatif : “Tout le monde peut s’y inscrire gratuitement, il permet aux gens d’avoir leur propre expérience concernant l’adoption de lois, les élections régionales, les présidentielles. Tout le monde peut y aller, et jouer un rôle en politique. C’est l’idée sous-jacente du M5S : fournir de nouveaux outils aux citoyens pour qu’ils puissent déterminer des choses importantes pour leur pays au moyen de leur ordinateur à la maison, ou de leur smartphone. Ce sont des outils que nous voulons apporter, pas d’en haut, mais d’en bas”.

Lorsque Bremmer observe que les détracteurs du M5S critiquent le fait que cette démocratie directe n’est en fait contrôlée que par quelques personnes au sommet, Grillo concède que “nous ne sommes qu’au commencement de quelque chose. Le monde change. Même ce système d’exploitation, qui implique la participation des gens de chez eux à des référendums hebdomadaires, c’est une idée qui doit évoluer. Nous sommes partis de zéro, nous avons été 20.000, 30.000, 70.000, et maintenant nous avons 150.000 membres inscrits. Peut-être que seulement la moitié d’entre eux votent, mais c’est un travail qui se poursuit”.

“L’Américain n’a qu’une religion : le dollar”

Bremmer demande enfin à Grillo son opinion sur le président américain Donald Trump (à droite sur la photo ci-dessous, avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte et la chancelière allemande Angela Merkel) :

« Au début j’étais un peu choqué. J’ai lu son livre et j’ai eu l’impression qu’il allait gagner, parce qu’il y avait cette confrontation avec la presse mondiale, qui l’attaquait. C’est ce qui nous est arrivé aussi, et plus ils nous ont attaqués, et plus nous sommes devenus populaires. C’est bizarre, et je ne sais pas comment ça va finir. Ce sont des Américains. Intellectuellement, l’Américain a le dollar en tête. Le dollar comme religion. »

© EPA

Show More
Close
Close