‘Chaque Belge pourrait bénéficier d’une allocation universelle de 600 euros par mois’

Philippe Defeyt, le Président du C.P.A.S. de Namur, Cofondateur et ancien secrétaire général d’Ecolo, participait à une conférence organisée par le Forum Financier de Liège, intitulée « Le revenu d’autonomie pour tous : un moyen de résoudre la dette sociale ? ».

Philippe Defeyt, le Président du C.P.A.S. de Namur, Cofondateur et ancien secrétaire général d’Ecolo, participait à une conférence organisée par le Forum Financier de Liège, intitulée « Le revenu d’autonomie pour tous : un moyen de résoudre la dette sociale ? ».

Lors de cet évènement, l’économiste a évoqué la possibilité que chaque Belge reçoive de l’Etat une allocation universelle de 600 euros par mois, sans aucune condition, rapporte La Libre Belgique.

Proposition

« Mon modèle prend ce qu’il y a de meilleur dans l’histoire de la sécurité sociale, c’est-à-dire une véritable assurance sociale pour ceux qui perdent leur emploi, qui passent à la retraites ou qui tombent malade, couplée avec une solidarité universelle qui se traduit concrètement par un revenu de base accordé à chacun de 600 euros par mois pour les adultes et de 300 euros par mois pour les enfants de moins de 18 ans », a précisé sur La Première Philippe Defeyt.

Selon Defeyt, 600 euros est le montant qui permet actuellement le meilleur équilibre possible entre des considérations budgétaires, et la volonté d’introduire un changement significatif de comportement. « Quelqu’un qui peut affecter 600 euros librement sans contraintes à des activités qu’il souhaite porter, à des changements auxquels il souhaite contribuer , à  des activités économiques ou associatives ou non-marchandes qu’il souhaite lancer, qu’il souhaite faire vivre . Ce mix qui apporte vraiment quelque chose d’important, c’est cette autonomie »

« La personne peut effectivement cumuler son salaire avec son revenu de base, mais il est clair que ce salaire sera évidemment un peu moindre que ce qu’il n’est aujourd’hui. On supprime la quotité exemptée d’impôt dont bénéficie tous les revenus en Belgique. On va payer plus d’impôt mais on va avoir une sorte de crédit d’impôts. Donc, en fait, pour beaucoup de personnes, je pense qu’on va jouer du côté de la neutralité », ajoute-t-il.

La sécurité sociale dans son organisation actuelle (chômage, soins de santé, pensions) continuerait d’exister partiellement. Cependant, on reverrait à la baisse les taux et il n’y aurait plus de différences entre chefs de ménages, isolés et cohabitant. Les étrangers pourraient également bénéficier de cette allocation s’ils intègrent le système fiscal belge, indique La Libre Belgique. Les fonctionnaires européens qui paient leurs impôts ailleurs n’auraient par contre pas droit à  cette allocation universelle.

Coût annuel pour l’Etat

Philippe Defeyt a expliqué que le coût annuel de cette allocation universelle pour l’Etat serait de 73 milliards d’euros. Un montant qui atteindrait plus de 100 milliards d’euros si on y ajoute les 29 milliards d’euros d’allocations sociales actuelles. Il s’agit d’un coût qui représente moins d’un quart de notre richesse nationale, précise-t-il.

Lorsqu’on lui demande où trouver l’argent, Philippe Defeyt conclut :

« L’argent, il a deux sources: les actuels prestations sociales que l’on va recycler, et un gros paquet de modifications fiscales, par exemple on peut supprimer les réductions fiscales pour enfant à charge, on peut supprimer le quotient conjugal, et bien d’autres niches fiscales que ne se justifient plus dans ce genre de démarche ».

  

Show More
Close
Close