La BCE : Le populisme menace la stabilité économique

La montée en puissance des partis populistes dans plusieurs pays d’Europe pose une menace d’instabilité économique et financière au sein de la zone euro et elle pourrait compliquer le remboursement des dettes souveraines de certains pays, a averti la Banque Centrale Européenne dans sa dernière Revue Financière de Stabilité, qu’elle publie deux fois par an. La hausse du risque politique émanant de ces partis populistes (qu’ils soient d’extrême gauche ou d’extrême droite) “pose un défi pour la mise en place de réformes fiscales et structurelles, et, par extension, à la viabilité de la dette publique”, peut-on y lire. Le rapport à été publié juste après le second tour des élections présidentielles en Autriche, au cours desquelles le candidat d’extrême droite Norbert Hofer a manqué la victoire de seulement 31 000 voix.

Les réformes

Des taux de chômage élevés, une croissance molle, et, plus récemment, la crise de la migration ont favorisé la montée de partis populistes dans plusieurs pays d’Europe. La BCE estime qu’il sera plus difficile d’adopter les réformes nécessaires pour stimuler la croissance de long terme et la création d’emplois dans cet environnement. Cela aurait pour conséquence d’ajouter plus de pression sur les nations qui rencontrent déjà des difficultés à rembourser leurs dettes “et de contribuer potentiellement à une contagion et une re-fragmentation dans la zone euro”, affirme le rapport. Ce dernier indique aussi que des hausses de taux d’intérêt décidées par la Fed (la banque centrale américaine) pourraient également poser une menace pour certains acteurs du système financier international, ainsi que pour les pays émergents. Cependant, il pense que cela ne poussera pas les taux d’intérêt à la hausse dans la zone euro.

Show More
Close
Close