Economie

Le CEO d’Allianz : « La BCE multiplie les risques dans la zone euro »

Dans une interview donnée au Financial Times, Oliver Baete, CEO d’Allianz, attaque Mario Draghi, le président sortant de la Banque Centrale européenne (BCE). Allianz est la plus grande compagnie d’assurance européenne. Selon Baete, la politique monétaire de la BCE « multiplie les risques dans la zone euro ». Baete est le énième CEO allemand à remettre en question les mesures prises par Draghi.

Dans sa déclaration de politique monétaire la plus récente, Draghi avait déclaré « qu’il est grand temps que les gouvernements de la zone euro mettent en œuvre des réformes budgétaires, plutôt que d’espérer que la politique monétaire de la BCE résoudra les problèmes ». Selon Baete, il est en effet question d’une « politisation de la politique monétaire dans la zone euro« .

« La raison pour laquelle les réformes fiscales ne sont pas mises en œuvre, c’est qu’il est trop facile pour les gens de dépenser de l’argent qu’ils n’ont pas. Nous avons créé une banque centrale indépendante pour empêcher que cela ne se produise, pour empêcher les banques centrales d’imprimer de la monnaie. Draghi n’est pas indépendant. »

Baete accuse la BCE d’avoir multiplié les risques en autorisant les banques et les assureurs à investir dans des obligations d’État. Ces investissements sont considérés par la BCE comme des actifs sans risque – une mesure qui, selon l’assureur, a amplifié la crise dans la zone euro en 2012.

« Le plus gros mensonge jamais proféré »

« Les politiciens et les régulateurs nous disent que le système bancaire et des assurances peut désormais supporter de tels problèmes. C’est le plus grand mensonge jamais proféré. »

Baete n’est pas le premier Allemand à s’inquiéter des actions de la Banque centrale européenne. Christian Sewing, le nouveau CEO de Deutsche Bank, a récemment averti que les taux d’intérêt négatifs « détruisaient le système financier ». Sabine Lautenschläger, un membre allemand du conseil des gouverneurs de la BCE, a démissionné la semaine dernière en raison de son mécontentement face à la politique de la banque.

Les banquiers du sud de la zone euro ne partagent pas l’opinion de Baete. Jean-Pierre Mustier, CEO d’UniCredit, a déclaré le mois dernier que le secteur financier ne devrait pas se plaindre en permanence de la faiblesse des taux d’intérêt. Selon Mustier, les avantages de cette politique sont bien supérieurs aux pertes de marge que les banques subissent en conséquence.

Baete réagit vivement aux déclarations de Mustier. Selon lui, la population n’acceptera pas une nouvelle crise financière. Il estime que les investissements soi-disant sans risque dans les obligations d’État – en particulier dans le sud de l’Europe – sont l’un des cinq plus grands dangers pour l’économie mondiale.

Tags
Show More
Close
Close