Economie

Pourquoi les banques finiront par disparaître

La crise financière de 2008 n’a pas été causée par la déréglementation, mais par les technologies de l’information. C’est ce que l’on peut lire dans le livre «The End of Banking» de Jonathan McMillan. Il écrit que les banques ont joué leur rôle à l’ère industrielle mais qu’aujourd’hui, à l’ère d’Internet, elles sont devenues incontrôlables. Il faut donc concevoir un système financier totalement nouveau et décentralisé, impliquant la disparition des banques telles que nous les connaissons aujourd’hui.

McMillan a écrit le livre avec un co-auteur. Mais il reste anonyme pour une raison simple. Il travaille actuellement pour une grande banque européenne, pour laquelle il a été auditeur pendant longtemps. Il connaît le monde bancaire de fond en comble et est payé pour vérifier les mécanismes en place. C’est pourquoi son nom doit rester secret.

Le livre est paru pour la première fois en anglais en 2014. Après avoir été lu par des économistes, des investisseurs, des financiers et des banques centrales, le livre a été traduit en 7 langues.

La banque est un produit de l’ère industrielle

Le point de départ est que les banques ont été très utiles à l’ère industrielle. Ensuite, on a collecté l’argent sous un même toit, après quoi, la banque a accordé des prêts. Peu à peu, le gouvernement a commencé à lutter pour garantir l’épargne des particuliers et, en échange, des quotas ont été imposés aux banques, en vertu desquels un minimum de capital devait être maintenu afin de pouvoir maîtriser ce que l’on appelle les « ruées bancaires ».

Ce système a parfaitement fonctionné jusqu’aux années 1970, lorsque l’ordinateur a fait son apparition et que progressivement, mais sûrement, le « shadow banking », ou système bancaire parallèle, a été introduit.

Le shadowbanking

Par «système bancaire parallèle», on entend des sociétés qui ressemblent à une banque, se comportent comme une banque mais ne sont pas une banque. Ils ne sont pas en possession d’une licence bancaire et ne tombent donc pas soumis à la surveillance des autorités de surveillance. La banque fictive a pris son essor au 21e siècle et, avant la chute de la banque Lehman Brothers, elle était devenue même beaucoup plus importante que le système bancaire classique.

Le siège de la banque Lehman Brothers
Getty Images

Où est le lien avec l’informatisation?

Où est le lien avec l’informatisation? «La comptabilité avec du papier et un crayon rendait très lent et coûteux le transfert d’argent d’un bilan à l’autre. Aujourd’hui, en quelques clics de souris, c’est rapide et économique », écrivent les auteurs.

Ils reviennent ensuite à ce qu’on appelle les «crédits toxiques», qui ont provoqué la crise de 2008. Toutes sortes de prêts douteux ont été regroupés, on a donné à ces ensembles un nom qui sonnait bien au plan commercial, après quoi on les a reconditionnés et vendus et revendus en différentes tranches. Une chose totalement impossible sans ordinateur. Et de plus en plus de ces crédits toxiques se sont retrouvés dans le circuit bancaire parallèle, où ils ont été soustraits à tout contrôle.

Comment est-ce arrivé ? Alors que les régulateurs ont commencé à obliger les banques à garantir des prêts avec [une partie de] leur propre capital, les banques parallèles ont continué à fonctionner sous le radar.

Les auteurs concluent que cette observation est cruciale. Et elle prouve que la crise de 2008 n’était pas le résultat d’une déréglementation, mais de la logique financière inévitable de l’ère informatique. Les régulateurs ont depuis multiplié le nombre de règles, qui sont de plus en plus difficiles à comprendre et à appliquer. Mais tout cela est complètement inutile, selon les deux auteurs :

«Lorsque les banques seront confrontées à des exigences de capital plus élevées, elles réagiront comme elles l’ont toujours fait et déplacent leurs activités vers le « système bancaire parallèle ». Et c’est ce qui se passe depuis maintenant dix ans : loin des organismes de surveillance financière, le shadow banking est en plein essor. 

Le problème est qu’à l’ère de l’Internet, une séparation artificielle entre les banques et le reste du système financier est apparue. Et tant que les régulateurs ne toucheront pas au «système bancaire parallèle», il y aura toujours des abus.

Un homme passe le balai dans la salle de marchés d
Getty Images

Fintech

Selon les auteurs, la solution doit donc être recherchée avec la technologie financière, la « fintech », qui permet aux emprunteurs et aux épargnants d’entrer en contact sans l’intervention d’une banque en tant qu’intermédiaire.

L’élément clé d’un prêt reste le même : une partie apporte l’argent et l’autre paie des intérêts pour l’emprunter pendant une période déterminée. Mais le circuit financier est en train de changer complètement : il n’ya plus de garantie des dépôts et toutes les institutions financières, banques ou non, sont traitées de la même manière. Les avantages du système bancaire parallèle disparaissent.

Donc, un autre monde, mais tant qu’on imposera de plus en plus de règles aux banques et que les banques parallèles échapperont à ces règles, il y aura toujours des abus. Et avec une technologie de plus en plus efficace, il sera de plus en plus facile de contourner la loi.

Tags
Show More
Close
Close