Economie

Les banquiers centraux préparent le monde au ‘communisme capitaliste’

Le monde est sur le chemin du communisme capitaliste. C’est ce que l’on peut déduire des dernières interventions de Jerome Powell, président de la banque centrale américaine, la Federal Reserve.

Le communisme capitaliste, c’est sans aucun doute un  oxymoron, ou une  figure de style dans  laquelle on combine deux mots qui semblent être le contraire l’un de l’autre. Mais comment peut-on interpréter différemment les déclarations de Powell lorsqu’à la fin du mois dernier, et malgré le dynamisme de l’économie américaine, il a annoncé qu’il laisserait inchangé le taux d’intérêt des États-Unis ? Powell n’a pas non plus mentionné le désir d’une hausse graduelle des taux d’intérêt. Ce n’est pas du tout surprenant : le président Donald Trump a critiqué à plusieurs reprises la hausse constante des taux d’intérêt. Selon lui, ce serait mauvais pour l’économie.

Powell devient le nouveau chef de la fashion police des banquiers centraux, écrit Frédéric Potelle , directeur de la recherche à la banque suisse Bordier, dans une note adressée à ses clients. Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) et son collègue suisse, ont également entendu des voix similaires.

En d’autres termes, et certainement à court terme, il n’y aura pas de normalisation des taux d’intérêt.

La réalité globale devient claire, maintenant que la fumée monte progressivement

La réalité globale devient claire, maintenant que la fumée se dissipe progressivement.

  1. Après 10 ans de relance monétaire, on peut en conclure que l’économie mondiale ne se porte pas trop mal, bien que l’Europe – qui n’a toujours pas d’inflation – soit à la traîne . 
  2. Les dettes mondiales ont explosé. Elles sont passées de 75 % du PIB du G7 en 2008 à 105 % en 2018. Les dettes des entreprises américaines sont à un niveau historique : 47 % du PIB.
  3. Enfin, il existe une inégalité de revenus qui, à l’Ouest, a frappé la classe moyenne. C’est la seule de toutes les classes sociales qui, du fait de la mondialisation, n’a pu enregistrer aucune augmentation réelle des revenus au cours des 30 dernières années.

Les dettes sont des préoccupations pour demain

Les conséquences de cette situation sont clairement visibles. Les populistes gouvernent Washington et Rome, l’incertitude entourant le Brexit a plon le Royaume-Uni dans un chaos politique, tandis que les « gilets jaunes » français prêchent la révolution.

Ces populistes ont réduit les impôts partout, ce qui a augmenté la dette publique. Mais les remboursements futurs de la dette sont une préoccupation pour les politiciens qui prendront le pouvoir demain, et non pour les décideurs politiques actuels.

C’est apparemment également le cas de la Chine qui, au mois de janvier, a accordé l’équivalent de 5 % de son PIB de nouveaux prêts pour remettre le moteur économique en marche. [ «Cela correspond à 60 % sur une base annuelle, »  écrit Michael Every, stratège chez Rabobank dans une note . « Je ne mentionne pas les chiffres, ils sont si énormes que ça n’a aucun sens. »] 

La boucle est bouclée :  après les banques, les États sont « too big to fail »

Donc la boucle est bouclée. Après les banques, les États-nations sont maintenant « too big to fail » (« trop gros pour faire faillite« ) . 

Selon Potelle, les banquiers centraux sont devenus des assureurs qui mettent à disposition de l’argent à volonté. De l’argent qui n’est pas gagné dans l’économie réelle, mais qui est nécessaire pour maintenir le système en vie. « Encore un effort et les banques centrales pourront créditer directement les comptes des administrations publiques et des citoyens. Nous sommes peut-être en train d’assister à la naissance d’un nouveau système politico-monétaire: le «capitalisme communiste» ».

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close