11/9 : La plus grande opération de couverture de l’histoire ?

Il faut enfin se décider à déclassifier et publier un rapport de 28 pages qui évoque une éventuelle implication de l’Arabie Saoudite dans les attentats terroristes d’Al-Qaïda aux Etats-Unis il y a quinze ans. C’est ce que réclame un éditorial du journal américain USA Today. Seule, la publication de ce rapport pourra jeter la lumière sur la culpabilité ou l’innocence d’un certain nombre de responsables saoudiens. Selon certaines insinuations, une partie d’un rapport d’enquête datant de 2002 et émis par le Congrès américain affirme que plusieurs personnalités saoudiennes, dont certaines étaient membres du gouvernement de l’Arabie Saoudite à l’époque, ont financé et aidé les pirates de l’air d’al-Qaïda. En outre, 15 des 19 terroristes avaient la nationalité saoudienne.Finalement, il avait été décidé par ordonnance des présidents américains George W. Bush et Barack Obama, de ne pas publier les chapitres cruciaux de ce rapport d’enquête. Cependant, un projet de loi du Congrès vise à priver l’Arabie Saoudite de son immunité pour permettre aux familles des victimes de poursuivre l’Arabie Saoudite au tribunal pour ces attentats.  Le président Obama aurait tenté de dissuader le Congrès d’approuver cette loi. Le gouvernement américain pense qu’elle pourrait poser “un risque juridique” pour les Américains à l’étranger, impliquant probablement que les entreprises et les citoyens américains s’exposeraient à des représailles.Dans un commentaire du Congrès américain, il est indiqué qu’il n’y a aucune preuve que le gouvernement saoudien, des institutions ou des hauts fonctionnaires à titre titre individuel, auraient financé les terroristes. Mais selon les commentateurs, la formulation est si vague qu’elle ouvre la porte à toutes sortes d’interprétations possibles.Le fait est que les bonnes relations entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite se sont sensiblement refroidies récemment.« Il vaut mieux commencer par déclassifier ces infâmes 28 pages et résoudre publiquement le rôle réel des Saoudiens dans les attentats du 11/9. La preuve de la complicité du gouvernement saoudien serait un argument puissant pour permettre d’engager des poursuites », conclut cet éditorial.

Show More
Close
Close