Après Facebook et Instagram, la Chine bloque maintenant WhatsApp

La Chine bloque dorénavant WhatsApp, l’application de messagerie instantanée rachetée par Facebook en 2014. Tous les cinq ans, le Parti communiste chinois organise son congrès et le pays ne souhaite prendre aucun risque avec les réseaux sociaux. Beijing veut ainsi intensifier la surveillance dans le cadre de ce grand événement.

La Chine bloque dorénavant WhatsApp, l’application de messagerie instantanée rachetée par Facebook en 2014. Tous les cinq ans, le Parti communiste chinois organise son congrès et le pays ne souhaite prendre aucun risque avec les réseaux sociaux. Beijing veut ainsi intensifier la surveillance dans le cadre de ce grand événement.

La désactivation en Chine continentale de WhatsApp est un sérieux revers pour le géant des réseaux sociaux Facebook. Depuis le début de l’année, Facebook tente de réintégrer le marché chinois de toutes les manières inimaginables. Cependant, tous ces efforts semblent vains et le blocage de WhatsApp en est la confirmation.Ces derniers mois, Mark Zuckerberg s’est rendu a plusieurs reprises en Chine afin de flatter les autorités et d’essayer de les faire changer d’avis. Zuckerberg s’est même lancé dans l’apprentissage du chinois. Toutefois, cette fois-ci, il semble bien que toutes les tentatives du jeune CEO de Facebook aient été peine perdue.WhatsApp était le dernier produit de Facebook disponible en Chine. En 2009, le gouvernement central chinois avait bloqué Facebook, le tenant pour responsable de troubles éthiques et l’accusant de véhiculer le message des dissidents. Instagram, l’application de partage d’images de Facebook est également inaccessible dans le pays.Depuis la mi-juillet, les censeurs chinois ont commencer à désactiver les chats vidéos et l’envoi de photos et d’autres fichiers via WhatsApp.

WeChat ne peut pas être chiffré, contrairement à WhatsApp

Selon le New York Times, les censeurs chinois ont véritablement perturbé l’utilisation de WhatsApp dans le pays, même en ce qui concerne les messages textuels. Pour ce faire, il se pourrait que les autorités aient développé des logiciels spécialisés pour désactiver la technologie de chiffrement employée par WhatsApp. Le chiffrement de bout en bout garantit que les messages, vidéos et documents des utilisateurs  soient inaccessibles pour tout le monde, sauf l’expéditeur et le destinataire.Les autorités chinoises ont l’habitude de ne pas bloquer totalement les services internet. Au contraire, elles les ralentissent tellement que leur utilisation devient pratiquement impossible. Ce type de censure a incité de nombreux utilisateurs en Chine à passer à des méthodes de communication qui fonctionnent rapidement, mais qui sont contrôlées officiellement. C’est le cas de la messagerie en ligne WeChat de la société Tencent. En outre, ce service, qui n’est pas équipé de la fonctionnalité de chiffrement de bout en bout, entretient des liens étroits avec le gouvernement.Conclusion: via le blocage de WhatsApp et en n’offrant au public chinois que des applications moins sécurisées telles que WeChat, le gouvernement redirigent les internautes vers des méthodes de communication qui peuvent être surveillées de manière fiable.

Show More
Close
Close