Politique

Après avoir convoqué des élections anticipées au 24 juin prochain, le président turc Erdogan censure aussi Internet

Une loi qui va contrôler les contenus vidéos sur internet vient d’être introduite en Turquie. Elle stipule que les Turcs qui veulent publier une vidéo sur le net devront disposer d’un permis en ligne, sinon ils risquent de voir leur contenu bloqué. Une mesure qui arrive précisément juste avant les élections anticipées de juin prochain.  

Erdogan n’en finit plus de mettre la main mise sur le monde des médias. Après s’être emparé du plus gros groupe média de Turquie, le Dogan Media, il continue sa chasse à la censure. Désormais, ce sont les contenus vidéos qui sont publiés sur internet qui seront contrôlés via une loi qui vient d’être instaurée. Selon cette nouvelle mesure, les Turcs qui voudront publier une vidéo devront se munir au préalable d’un permis en ligne.

Nouvelle censure

Pour le gouvernement, il n’y a aucun problème de censure à cela puisque selon lui, c’est avant tout « nécessaire pour la sécurité nationale et la stabilité politique ». Elle permettrait en outre aux consommateurs d’être « protégé contre la menace extérieure », qui « pourrait affecter les valeurs turques ». Pour le vice-Premier ministre Bekir Bozdag, « cette nouvelle loi n’a pas pour but de restreindre les libertés, elle permet uniquement la surveillance ».

Bon timing

Mais depuis quelques années, le président Erdogan ne cesse de censurer le moindre contenu. Après la presse papier et la télévision, c’est naturellement qu’il en est venu à s’attaquer à Internet. Surtout qu’il s’agissait jusque-là du moyen de communication principal de l’opposition. Alors comme un hasard n’arrive jamais seul, c’est aussi le timing parfait pour le gouvernement turc puisque les élections législatives et présidentielles qui devaient avoir lieu en novembre 2019, sont finalement avancées au 24 juin prochain. 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close