Tech

Applications mobiles : la fin est en vue

Les applications mobiles sont en voie d’extinction et pourraient disparaître complètement d’ici quelques années. Avec les applications, c’est tout un secteur dans lequel des milliards ont été investis, qui disparaît.

« There is an app for that. » Cette phrase était autrefois applicable au marché de la téléphonie mobile, parce que dès qu’une idée n’était pas trop insensée, quelqu’un lui avait consacré le développement d’une application dédiée. Il existe même une application pour se créer des applications à façon, et tout le  monde peut donc avoir sa propre application personnalisée. Le monde des affaires a également vu un grand potentiel dans les applications en tant qu’outils de travail. Cet engouement ne dure que depuis quelques années seulement, mais pourtant, l’avenir est très sombre pour les applications mobiles. Voici quatre raisons pour lesquelles les applications mobiles viennent de dépasser leur âge d’or.

1. Nous ne pouvons installer que 50 à 100 applications sur nos appareils

Presque personne n’a installé plus de quelques dizaines d’applications sur son smartphone. En effet, la mémoire de nos appareils est pleine rapidement. Le fabricant de notre appareil l’a déjà doté de nombreuses applications installées à l’avance, et leur suppression permet de dégager de l’espace mémoire pour une centaine de nouvelles applications.

Mais combien de ces applications utilisez-vous vraiment ? Il est probable que ce chiffre ne dépassera pas la trentaine. Selon les chiffres de 2014, nous utiliserions en moyenne dix applications par jour. Les autres applications sont tout simplement au chômage sur votre appareil. En particulier, les applications de divertissement et d’interaction sociale enregistrent de bons scores. Mais dans la pratique, les consommateurs se concentrent sur un éventail d’applications réduit.

De nombreuses applications inactives ralentissent considérablement votre appareil. Elles vous inondent parfois de notifications, même lorsque votre appareil n’est pas actif. De plus, la confidentialité des données est de plus en plus remise en question et certaines applications sont soupçonnées de divulguer des informations personnelles.

Même si nous disposions de la capacité pour le faire, nous ne téléchargerons probablement pas une centaine d’applications supplémentaires. Donc, si le magasin au coin de la rue crée une application, il ne pourra pas s’attendre à ce que tous ses clients l’installent. Une application sur cinq serait supprimée dès le premier jour. Pourquoi les entreprises investiraient-elles alors du temps et de l’argent ?

2. Les applications doivent être fonctionnelles et faire plus que fournir des informations

Lorsque les premiers smartphones sont apparus sur le marché, les grandes entreprises ont commencé à créer des applications. Ce n’est que plus tard qu’ils ont réalisé à quel point il est difficile de maintenir ces applications. Chaque fois que vous placez des informations sur votre site Web, ou faites la promotion d’un produit, vous devez faire de même dans l’application. Vous devez également régulièrement mettre à jour l’application, par exemple lorsqu’une modification est apportée au système d’exploitation Android ou iOS.

De plus, les applications sont constamment confrontées à des bugs qui dépendent parfois du modèle de l’appareil ou même de la taille de l’écran. Il est donc plus intéressant pour la plupart des entreprises de créer un bon site Web mobile. Lorsque les internautes ont uniquement besoin d’informations, ils sont plus enclins à effectuer des recherches sur Google. Les entreprises ont donc plus de chances de les atteindre qu’avec une application non fonctionnelle. En moyenne, les utilisateurs ferment une application au bout de 60 secondes.

© Getty Images

3. Les petites applications font partie d’un écosystème plus vaste

Une conséquence logique des deux points précédents est que les petites applications mobiles ont tendance à se fondent dans des applications plus vastes. Par exemple, les restaurants le font déjà en organisant des livraisons de plats à domicile via des applications spécialisées. Deliveroo en est un bon exemple. En effet, la qualité de l’application revêt également une grande importance pour les clients.

En Chine, on va encore plus loin et presque tous les services liés au style de vie sont proposés dans l’application WeChat. Nous assistons donc à la création d’un écosystème avec une seule grande application.

4. Même les applications réussies deviendront trop chères

Quelle que soit l’idée derrière la création d’une nouvelle application, il est souvent trop coûteux de promouvoir cette dernière avant qu’elle ne génère suffisamment d’argent. Les applications payantes ne sont pas une solution. Elles ont généralement un public plus actif, mais leur part de marché est très limitée. C’est aussi rarement le postulat de départ d’une application pour générer des revenus.

De plus, le terme «application» vient d’ Apple, car c’est ainsi que la société a appelé le logiciel de ses produits. Avec Windows, il s’agissait simplement de programmes. Sur les ordinateurs, cependant, nous avons moins tendance à installer des applications. Nous faisons de plus en plus de choses sur nos PC grâce au Cloud et utilisons donc un navigateur plutôt qu’une application.

En outre, la maintenance des applications coûte beaucoup d’argent, de temps et de travail. Dès qu’Android ou iOS reçoit une mise à jour, les applications que nous utilisons se mettent à bugger et à retourner des messages d’erreur. Elles aussi ont besoin d’une mise à jour à leur tour. Du coup, les applications deviennent de moins en moins utiles, et l’époque où nous pouvions avoir une application pour chacun de nos besoin est presque révolue. Le commerce électronique est le seul secteur qui aurait encore un avenir sous la forme d’applications. De même, les applications de paiement ont également du succès.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close