« Il faut cesser toute publicité pour la ville d’Amsterdam »

Le Conseil Néerlandais du Tourisme et des conventions (NBTC) doit immédiatement cesser de promouvoir la ville d’Amsterdam dans les campagnes marketing. Aucun cent de l’argent du contribuable ne devrait être consacré à des campagnes publicitaires pour la capitale, dit le parti politique D66. L’argent consacré à de telles campagnes devrait maintenant être employé pour promouvoir d’autres sites des Pays-Bas.

Le Conseil Néerlandais du Tourisme et des conventions (NBTC) doit immédiatement cesser de promouvoir la ville d’Amsterdam dans les campagnes marketing. Aucun cent de l’argent du contribuable ne devrait être consacré à des campagnes publicitaires pour la capitale, dit le parti politique D66. L’argent consacré à de telles campagnes devrait maintenant être employé pour promouvoir d’autres sites des Pays-Bas.

« Le fait que cela soit encore le cas est insensé, parce que la municipalité a promulgué l’arrêt des ouvertures de nouveaux hôtels et elle a entravé la croissance d’Airbnb, », a déclaré le député d’Amsterdam Jan Paternotte au journal Het Parool.Le NBTC reçoit chaque année 8,7 millions de subventions du Ministère de l’Economie et du Climat pour améliorer l’image des Pays-Bas. Il est cependant difficile de quantifier quelle est la quote-part directement allouée à la promotion d’Amsterdam. D’après Paternotte :

« Le NBTC affirme qu’ils vont développer la fréquentation  touristique des Pays-Bas, mais l’accent est toujours majoritairement porté sur Amsterdam. Vous pouvez le voir seul sur leur site web, où deux photos sur trois sont des photos d’Amsterdam ».

Le NBTC n’a pas trop apprécié les commentaires de l’homme politique. « Ce que nous avons toujours fait, c’est utiliser Amsterdam comme un moyen pour montrer aux touristes le reste des Pays-Bas, plutôt que comme une cible. »

Les impacts négatifs du tourisme

La capitale néerlandaise tente depuis un certain temps d’atténuer les impacts négatifs du tourisme. Le conseil municipal d’Amsterdam a institué un moratoire sur l’ouverture de nouvelles boutiques touristiques. L’interdiction porte notamment sur les commerces qui proposent la location de vélos, la vente de gaufres et la distribution de billets.De plus, on tente de réduire le niveau d’activité des établissements nocturnes. Pour limiter les impacts négatifs du tourisme, les vélos festifs ont également été interdits dans les rues de la métropole néerlandaise.Un récent rapport de European Cities Marketing (ECM) indique qu’Amsterdam est la dixième destination touristique la plus populaire en Europe. Londres demeure la plus grande destination du tourisme européen, suivie par Paris et Berlin. Le top dix comprend également Rome, Barcelone, Madrid, Prague, Vienne et Munich.

Show More
Close
Close