Le gouvernement allemand interdit aux Turcs vivant en Allemagne de voter pour la peine de mort

Les Turcs vivant en Allemagne pourraient se voir interdire de voter pour le référendum sur le rétablissement de la peine de mort en Turquie. C’est  Steffen Seibert,  porte-parole du gouvernement allemand, qui l’a annoncé lors d’une conférence de presse vendredi. Il a fait allusion à la constitution allemande. Le président turc Erdogan souhaite depuis longtemps réintroduire la peine de mort dans son pays. Le mois dernier, il organisé un référendum pour étendre les pouvoirs présidentiels, et il est parvenu à le remporter grâce au soutien massif des Turcs expatriés, avec une marge de 1 %. Lors de son  discours de victoire, le Président a mentionné l’organisation potentielle d’un nouveau référendum sur le rétablissement de la peine de mort.Dans les jours qui ont suivi le coup d’Etat manqué du 15 Juillet 2016 en Turquie, le #Idamistiyorum (qui signifie en turc : « Je réclame la peine de mort ») était même devenu l’un des plus populaires de la twittosphère… belge.

« Il est politiquement inconcevable que nous approuvions un tel vote en Allemagne sur une mesure qui porte atteinte à notre constitution et aux valeurs européennes », a dit Seibert.

Les ambassades et les consulats bénéficient de certains privilèges et immunités en vertu de la Convention de Vienne (1961). La Turquie souhaite utiliser leurs locaux pour permettre aux 1,5 million d’électeurs turcs expatriés de voter à l’étranger. « Mais si un autre pays veut organiser des élections dans ses consulats ici en Allemagne, alors il doit obtenir une autorisation », a déclaré Seibert.La Turquie a aboli la peine de mort en 2004, notamment parce que c’était l’un des pré-requis à l’adhésion à l’Union européenne. Mais Erdogan a affirmé qu’il était favorable à sa réintroduction si le Parlement proposait de la ré-instituer, et que sa proposition obtenait la majorité lors d’un référendum.Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, a également indiqué que son pays interdirait aux Turcs qui y vivent de participer à un référendum sur la peine de mort, dans l’hypothèse où un tel référendum serait organisé.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close