EconomieTech

Après avoir éliminé les publicitaires, les robots détruiront le marketing

La banque américaine JP Morgan Chase a signé un contrat de cinq ans avec Persado. C’est une entreprise spécialisée dans le marketing qui utilise des robots pour concevoir des slogans publicitaires et des réclames.

Lors d’une phase de test, des suggestions conçues par l’intelligence artificielle (IA) de Persado ont été publiées sur le site Web de Chase. Le nombre de personnes ayant cliqué sur une telle publicité a augmenté de 450 % par rapport au succès remporté par les publicités conçues par des membres de l’équipe marketing de la banque.

L’IA scanne une base de données contenant plus d’un million de mots, phrases et photos dans 25 langues et ayant obtenu de bons résultats lors de campagnes précédentes. Le robot divise ces mots et phrases en différentes catégories qui ont le plus de succès et les optimise grâce à l’apprentissage automatique. Il s’agit d’un domaine de recherche en intelligence artificielle qui porte sur le développement d’algorithmes et de techniques permettant aux ordinateurs d’apprendre.

L’IA est deux fois plus efficace

Les modifications apportées par les robots sont souvent minimes, mais font la différence. Un slogan conçu par les spécialistes du marketing de Chase était le suivant: « Gagner du cash grâce à la valeur de votre maison. » 25 clients ont rempli la demande de renseignements qui y était associée. Le robot Persado l’a modifiée en ce qui suit : « C’est vrai, vous pouvez empocher du cash grâce à la valeur de votre maison. » Ce slogan a généré 47 demandes.

La banque souhaite également utiliser l’intelligence artificielle de Persado pour la communication interne. Afin de rendre les choses plus pertinentes pour ses employés.

Si l’algorithme de Big Data choisit pour nous, quel peut encore être l’intérêt du marketing ?

Le philosophe Yuval Harari prédit également que les spécialistes du marketing n’auront plus de longue carrière en vue. Mais ce penseur israélien ne prévoit pas le remplacement des spécialistes du marketing par des machines. Il le voit beaucoup plus largement.

Une fois que les algorithmes et le Big Data sauront mieux que nous ce qui est le mieux pour nous, le marché de la publicité s’effondrera. Parce qu’elle sera devenue totalement superflue. Le philosophe-penseur israélien Yuval Noah Harari écrit dans son livre « 21 questions pour le 21e siècle » que « le nouveau modèle économique de Big Tech est basé sur le transfert de l’autorité des individus aux algorithmes ». Cette autorité inclut également le choix et l’achat de produits et services.

« Une fois que les algorithmes choisiront et achèteront pour nous, l’industrie de la publicité traditionnelle fera faillite. Prenez Google. Google veut atteindre le point où nous pourrons poser n’importe quelle question et obtenir la meilleure réponse. Supposons que vous puissiez demander à Google: « Hé Google, sur base de ce que vous savez sur les voitures et tout ce que vous savez sur moi (mes habitudes, mon opinion sur le changement climatique, mes exigences en matière de confort et même mon opinion sur la au Moyen-Orient), quelle est la meilleure voiture pour moi ? »

Si Google peut nous donner la réponse à cette question, et si nous faisons confiance à Google, plutôt que de compter sur nos propres sentiments inconstants et facilement manipulables, à quoi pourra encore servir une publicité pour une voiture ? ».

Tags
Show More
Close
Close