Des familles autrichiennes se chauffent avec les déchets de Rome

En 2017, la capitale italienne de Rome exportera 70 000 t de déchets à l’Autriche. La municipalité de Rome a en effet signé un accord avec Energieversorgung Niederösterreich (EVN), le second fournisseur en énergie de l’Autriche.

En 2017, la capitale italienne de Rome exportera 70 000 t de déchets à l’Autriche. La municipalité de Rome a en effet signé un accord avec Energieversorgung Niederösterreich (EVN), le second fournisseur en énergie de l’Autriche.

Les déchets sont transportés par train de Rome en Autriche pour être incinérés dans l’usine de Zwentendorf, près de Vienne, afin de produire de l’électricité.

Rome paie près de 140 euros ordures à la société autrichienne par tonne pour la collecte des ordures. Avec ces dernières, la firme autrichienne pourra générer plus de 550.000 mégawatts-heures d’électricité par an dans une de ses centrales située dans la banlieue de Vienne.

L’économie circulaire

Selon cette entreprise, la coopération avec Rome est un exemple d’économie circulaire promue par l’Union européenne.

Le but de cette initiative est de tirer le plus de valeur possible des ordures produites quotidiennement dans les pays européens. Des règles ont été édictées pour inciter les villes à réduire le volume des détritus mis en décharge et encourager leur recyclage et leur utilisation pour produire de l’énergie.

Deux convois hebdomadaires  apportent les déchets romains à Zwentendorf, à 60 km de Vienne, où EVN a construit une usine thermique de traitement des déchets en 2004.

Au début de cette décennie, la capacité de cette centrale a été doublée pour atteindre 500.000 tonnes de déchets par an. À pleine capacité, l’usine peut aider la centrale à charbon conventionnelle qu’elle jouxte à économiser 100.000 tonnes de charbon par an. Elle permet  également de réduire de 90 % le volume des ordures.

screenshot-2016-12-22-21-18-39

 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close