A Naples, les ordures tuent

L’incinération incontrôlée de déchets dangereux organisée par des groupes mafieux contribue à un taux de mortalité accru de 6% dans la région autour de la ville italienne de Naples, par rapport au reste de l’Italie. Telle est la conclusion d’un rapport de l’Institut Supérieur de la santé (ISS), une organisation qui dépend de la sécurité sociale, dans une étude commandée par le Parlement italien.

“Le nombre élevé des hospitalisations [dans cette région] est dû à une exposition à une combinaison de contaminants environnementaux qui peuvent être émis ou relâchés par l’enfouissement de déchets dangereux et/ou à leur combustion non contrôlée”, affirme-t-il.

L’étude confirme ce que beaucoup craignaient; déjà en 2006, dans son livre “Gomorra”, le journaliste italien Roberto Saviano écrivait que plusieurs entrepreneurs italiens du Nord faisaient appel à des organisations mafieuses du sud pour se débarrasser de leurs déchets dangereux à faible coût et sans avoir à se soucier de l’environnement. “Munnezza è oro” (‘les ordures sont de l’or’) entendait-on dire dans la région des 55 communes de la Campanie où ce trafic battait son plein, et où l’on improvisait un peu partout des décharges à ciel ouvert, ce qui avait donné à la région le surnom de “terra dei fuochi” (‘La terre des feux’).

“Prions pour que l’Etat fasse maintenant ce qu’il faut pour empêcher que la terre des feux produise de nouvelles victimes”, a déclaré le père Maurizio Patriciello, qui lutte contre ce phénomène.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close