8 pays assureront la moitié de la croissance de la population mondiale au cours des 85 prochaines années, et seulement l’un d’entre eux est situé en Occident

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Au Japon, la population a diminué de 244 000 personnes en 2013 , rapporte le Japan Times. Seulement 1.031.000 bébés sont nés, soit 6.000 de moins par rapport à l’année dernière, tandis que 1.275.000 personnes sont décédées, soit 19.000 de plus que l’année passée. En conséquence, le pays a terminé l’année avec un différentiel de près d’un quart de million de personnes.

On sait depuis longtemps que les Japonais déplorent la démographie la plus terrifiante du monde:

La population du Japon a commencé à se réduire en 2010 et on s’attend à ce qu’elle passe de 127 millions d’habitants à 86,7 millions d’ici 2060. A ce moment-là, 40% de la population sera âgée de plus de 65 ans Il y a deux raisons à ce phénomène.

D’abord, il y a l’aversion pour le sexe chez les jeunes : une étude réalisée en 2011 a conclu que 49% des Japonaises âgées d’entre 18 et 34 ans n’étaient pas engagées dans une relation romantique (10% de plus par rapport à l’année précédente). Une autre étude indique qu’un tiers des jeunes de moins de trente ans n’ont jamais eu de rendez-vous amoureux.

En outre, les taux de natalité japonais sont si bas et l’espérance de vie est si élevée que « petit à petit, mais inéluctablement, le Japon évolue vers un type de société dont les contours et les rouages ont seulement été envisagés dans la science fiction », écrit Nick Eberstadt, un démographe qui a publié des articles sur le problème de baisse de la fécondité.

Près d’un quart des 128 millions de Japonais sont âgés de plus de 65 ans, et en 2011, ils ont utilisé plus de couches que les nouveau-nés. Avec le développement de l’espérance de vie, en 2040, le pays pourrait bien se trouver dans la situation inédite de compter un centenaire par nouveau-né. D’ici là, la population devrait se réduire de 20%, ce qui pose le problème du déclin économique et de la viabilité du welfare-state.

Le gouvernement japonais met l’accent sur ​​la cohésion sociale et la solidarité entre les Japonais, mais il y a un prix à payer. La protection des emplois des séniors fait que 38% des jeunes sont employés dans des emplois précaires, et le refus de l’immigration de masse fait renoncer à une solution évidente pour résoudre les problèmes issus du vieillissement du pays.

Mais il n’y a pas qu’au Japon qu’il est nécessaire de déclencher l’alarme. Selon les Nations Unies, plus de 2 milliards de personnes dans le monde seront âgées de plus de 60 ans en 2050.

En 2012, 15 pays du monde comptaient plus de 10 millions de personnes de plus de 60 ans, en 2050, il y en aura 33. Par exemple, 23% des Chiliens seront âgés de plus de 60 ans en 2050, ce qui fera de la population de ce pays la plus âgée de l’Amérique du Sud.

Selon l’ONU, 48% de la population mondiale vit dans un pays où le taux de natalité est insuffisant pour maintenir la population existante. Cela s’applique non seulement à l’Europe (sauf en Islande), mais aussi aux pays BRICS (sauf l’Inde) et même à d’autres économies émergentes, comme le Vietnam.

Les Etats-Unis sont l’exception de cette tendance économique (voir graphique). Le pays connait un taux de natalité faible, mais il accueille encore un million d’immigrants par an. En conséquence, l’Amérique est l’un des 8 pays qui fourniront la moitié de la croissance de la population mondiale entre 2013 et 2100. Les 7 autres sont le Nigeria, l’Inde, la Tanzanie, le Congo, le Niger, l’Ouganda et l’Ethiopie.

La plupart de ces pays sont situés en Afrique, et cela ne devrait pas être surprenant. 29 des 31 pays où les taux de fécondité sont les plus élevés sont situés sur le continent africain. Il est donc prévu que la population africaine doublera d’ici 2050.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close