7.500 Roumaines sont réduites à l’esclavage en Sicile

De nombreuses Roumaines employées en Sicile dans le secteur agricole sont exploitées et violées, rapporte l’organisation des droits de l’homme Proxyma.

Selon cette association de défense des droits des migrants, plus de la moitié des Roumaines travaillant dans des serres agricoles sont contraintes à avoir des rapports sexuels avec leurs employeurs. Presque toutes sont exploitées et forcées de travailler dans des conditions inhumaines.

Le journal britannique The Guardian publie plusieurs témoignages de ces femmes actives dans le sud de la Sicile, dans la région de Ragusa. Cette région est devenue le centre de l’exploitation des femmes sur l’île.

Selon des sources policières, près de 7.500 femmes, la plupart Roumaines, sont réduites à l’esclavage dans la région.

« Ces femmes travaillent comme esclaves dans les champs, et nous savons que les propriétaires d’exploitations agricoles les forcent à avoir des relations sexuelles et profitent de leur soumission psychologique. Il est difficile d’enquêter sur ces faits car ces femmes ont généralement peur de raconter leur histoire. »

Un scandale des droits de l’homme perpétré en toute impunité

Beaucoup de ces Roumaines laissent leurs enfants et leur famille à la maison et se sentent obligés de faire des choix désespérés. Leur traitement est un scandale des droits de l’homme perpétré en toute impunité, explique le journal.

Selon le professeur Alessandra Sciurba de l’Université de Palerme, auteur d’un rapport de 2015 sur l’abus des Roumaines en Sicile, « nous avons affaires à des enlèvements, des viols et de l’esclavage. »

Le procureur local Valentina Botti poursuit actuellement en justice plusieurs agriculteurs pour agression sexuelle et exploitation par le travail. Selon elle, l’abus des Roumaines en Sicile est un phénomène de grande ampleur.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close