Economie

65 millions d’appartements sont vacants en Chine

65 millions d’appartements sont vides en Chine. Cela correspond à plus de 20 % des appartements dans les villes chinoises. C’est le résultat d’estimations établies par des universitaires chinois. 

Il s’agit d’un phénomène inquiétant dans un pays où le secteur de la construction, de l’immobilier et des industries connexes représente un tiers de la croissance économique. Des manifestations ont déjà été signalées dans certaines villes. Les promoteurs immobiliers accordent des rabais importants pour vendre leurs stocks superflus. En conséquence, les personnes qui ont acheté plus tôt sont confrontées à des pertes.

La prospérité chinoise repose sur l’immobilier

Les appartements inutiles pèsent sur la croissance économique, non seulement en Chine, mais aussi dans le reste du monde. Les prix de l’immobilier baissent et le stock d’appartements invendus ne fait qu’augmenter. Les développeurs de projets sont aux prises avec des milliards de dettes.

La Chine a également est également mêlée à une guerre commerciale avec les États-Unis. Celle-ci a déjà provoqué un ralentissement de la croissance. Mais le gouvernement chinois tente d’empêcher une récession à tout prix. Pour la cinquième fois en un an, la banque centrale chinoise a réduit cette semaine les ratios de réserves obligatoires des banques, c’est-à-dire l’argent que les banques doivent détenir à la banque centrale pour pouvoir effectuer des opérations. Il espère ainsi remettre en marche le moteur économique. Mais chaque mesure restera vaine si les problèmes de l’immobilier sont ignorés.

Les problèmes actuels résultent d’un boom de la construction qui dure depuis trois ans, suite aux prix de l’immobilier toujours plus élevés dans de nombreuses villes. Le gouvernement n’a pas réussi à freiner la spéculation et a même envisagé d’introduire une taxe sur l’immobilier.

« L’équivalent moderne de la construction des pyramides »

L’immobilier est un fondement de la prospérité chinoise. Un cinquième à un tiers de toute la croissance économique du pays est générée dans le secteur immobilier, selon que le secteur de la construction et celui de l’ameublement sont inclus ou non. Une propriété est généralement l’atout le plus important d’une famille chinoise, dans un pays soumis à des règles strictes contre l’exportation de l’argent. Dans les grandes villes, l’immobilier représente en moyenne 85 % du capital familial.

Maintenant que les prix de l’immobilier baissent dans certaines villes – parfois même autant que pendant la crise financière, ici et là -, les gens commencent à manifester. Dans la ville de Jurong, une petite ville de 600 000 habitants, selon les normes chinoises (le pays compte désormais 156 villes de plus d’un million d’habitants), plusieurs manifestations ont été rapportées ces derniers mois.

Au début de la décennie, des histoires sur les villes fantômes chinoises avaient émergé. Dans un article de 2011, la bulle immobilière chinoise avait été comparée à «l’équivalent moderne de la construction des pyramides». Cette année-là, on avait calculé que 64,5 millions de compteurs électriques avaient enregistré une consommation nulle pendant six mois dans le pays. 8 ans plus tard, peu de choses ont changé.

© Getty Images

Show More
Close
Close